TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 Arte C8 W9 TMC TFX NRJ 12 La Chaîne Parlementaire Public Sénat (LCP) France 4 BFM TV CNEWS CSTAR Gulli Culturebox TF1 Séries Films L'Équipe 6ter RMC Story RMC Découverte Chérie 25 LCI Franceinfo IDF1 Téva RTL 9 TV Breizh Paris Première Canal+ Cinéma Canal+ Séries Canal+ Family Canal+ Sport Canal+ Décalé OCS Max OCS Géants OCS Choc OCS City beIN SPORTS 1 beIN SPORTS 2 beIN SPORTS 3
Chaîne Canal+

Canal+ : Programme TV de la chaîne Canal+

Canal+ Direct / Live Canal+ Replay (MyCanal)

En ce moment sur Canal+ :

21h07 L'aventure des Marguerite

Film : comédie 1h28 Tout public
L'aventure des Marguerite

Marguerite et Margot ont toutes les deux douze ans, avec chacune sa famille, ses copains, ses problèmes... Et son époque. Car l’une vit en 1942 et l’autre en 2018. Mais c’est sans compter sur une mystérieuse malle magique qui les transporte chacune dans l’époque de l’autre. Margot et Marguerite ont un autre point commun : leur père n’est plus là, disparu en pleine 2ème Guerre Mondiale ou n’habitant plus à la maison. À 70 ans d’écart, elles se lancent dans une grande aventure pour retrouver leurs présents, explorant l’Histoire, mais aussi la mémoire de leurs familles. - Critique : Marguerite vit en 1942, Margot, en 2018. Elles ont 12 ans et se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Une malle magique, et soudain elles échangent leurs époques… Ce néo-Retour vers le ­futur juvénile explore l’Histoire et le thème de la filiation avec fraîcheur, en jouant sur les ressorts du troc d’existences : comment l’insolence d’une adolescente d’aujourd’hui peut sauver un père prisonnier de guerre, et la douceur d’une gosse d’hier aplanir les problèmes d’une famille recomposée… En beau-père immature et tendre, Clovis Cornillac est vraiment parfait, et Alice Pol, pleine de peps sous la dentelle.

1min

À suivre, dès 22h35 : ADN (Rediffusion)

Ce soir sur Canal+ :

21h07 L'aventure des Marguerite

Film : comédie 1h28 Tout public

Marguerite et Margot ont toutes les deux douze ans, avec chacune sa famille, ses copains, ses problèmes... Et son époque. Car l’une vit en 1942 et l’autre en 2018. Mais c’est sans compter sur une mystérieuse malle magique qui les transporte chacune dans l’époque de l’autre. Margot et Marguerite ont un autre point commun : leur père n’est plus là, disparu en pleine 2ème Guerre Mondiale ou n’habitant plus à la maison. À 70 ans d’écart, elles se lancent dans une grande aventure pour retrouver leurs présents, explorant l’Histoire, mais aussi la mémoire de leurs familles. - Critique : Marguerite vit en 1942, Margot, en 2018. Elles ont 12 ans et se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Une malle magique, et soudain elles échangent leurs époques… Ce néo-Retour vers le ­futur juvénile explore l’Histoire et le thème de la filiation avec fraîcheur, en jouant sur les ressorts du troc d’existences : comment l’insolence d’une adolescente d’aujourd’hui peut sauver un père prisonnier de guerre, et la douceur d’une gosse d’hier aplanir les problèmes d’une famille recomposée… En beau-père immature et tendre, Clovis Cornillac est vraiment parfait, et Alice Pol, pleine de peps sous la dentelle.

« L'aventure des Marguerite » sur Canal+

22h35 ADN

Rediffusion Film : drame 1h28 Tout public

Neige, divorcée et mère de trois enfants, rend régulièrement visite à Émir, son grand-père algérien qui vit désormais en maison de retraite. Elle adore et admire ce pilier de la famille, qui l’a élevée et surtout protégée de la toxicité de ses parents. Les rapports entre les nombreux membres de la famille sont compliqués et les rancœurs nombreuses... Heureusement Neige peut compter sur le soutien et l’humour de François, son ex. La mort du grand-père va déclencher une tempête familiale et une profonde crise identitaire chez Neige. Dès lors elle va vouloir comprendre et connaître son ADN. Le film fait partie de la Sélection Officielle Cannes 2020 - Critique : Pour On aime beaucoup Les procureurs de son éternel procès en narcissisme peu­vent préparer leurs effets de manches : oui, Maïwenn signe à nouveau un film au parfum d’autofiction. Coécrite avec Mathieu Demy, qui venait d’enterrer sa mère, Agnès Varda, cette histoire de deuil et de quête d’identité sent le chagrin vécu, d’autant que la réalisatrice s’y met en scène sans chercher à en taire les éléments autobiographiques. Comme Neige, son personna­ge, elle a perdu un grand-père adoré. Comme elle, elle traîne une enfance douloureuse, déjà évoquée dans Pardonnez-moi (2006), son premier long métrage. Et, comme elle, a demandé et obtenu la nationalité algérienne. De cette matière brute intime, elle arrache une œuvre vibrante, parfois bouleversante, qui tape dans le mille de l’universel avec cette manière bien à elle d’orchestrer la cacophonie des sentiments. À la disparition d’Emir, aïeul chéri, protecteur et pilier de la famille, Neige et les siens vacillent. Le vide qu’il laisse, dans un premier temps, se remplit de choses à faire : disposer du corps, trier ses affaires, acheter un cercueil… Des formalités tristes à pleurer — et on pleu­re — que Maïwenn choisit de ne pas expédier. Au contraire, elle consigne le concret avec une justesse quasi documentaire, l’enrichissant d’une fiction tragi-comique. Une des séquen­ces les plus drôles se déroule aux pompes funèbres, quand les deux filles du défunt se disputent sur le choix du capitonna­ge blanc. Est-il « ivoire » ou « pisseux » ? L’enjeu n’est pas là, bien sûr, et tout l’art de Maïwenn consiste à faire resurgir, au détour d’une pique vacharde, d’un agacement irrépressible, les rancœurs anciennes. Par sa caméra attentive et sa formidable direction d’acteurs, elle excelle à traduire les dynamiques de grou­pe, l’impossibilité démocrati­que du clan. Qui, maintenant qu’Emir s’en est allé, crie, s’engueule, rè­gle ses comptes. Dans le second temps, en revan­che, il ne reste rien à faire, et trop à penser, ou panser. Fin du portrait de famille : le film se recadre sur Neige. Son amitié avec l’hilarant François (Louis Garrel, que l’on remercie d’exister). Sa rupture violente avec sa mère, campée par une Fanny Ardant magistrale, dont le jeu semble neuf, décapé de toute affectation. Sa relation avec son père dans une audacieuse scène de rêve — pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos lustres ? Et le questionnement des origi­nes, cet héritage algérien qui vient combler le vide. Les montagnes russes d’é­mo­tions, l’ADN du cinéma de Maï­wenn, débouchent sur un horizon libérateur : on peut choisir où planter ses racines. — Marie Sauvion Contre On n'aime pas Lors la sortie de Polisse, en 2011, les avis étaient déjà partagés à Télérama. Le « contre » arguait que « l’engueulade non-stop, seul principe de mise en scène, n’est pas une garantie de vérité ». Hélas, neuf ans et deux films plus tard (Mon roi et celui-ci), Maïwenn en est toujours là. À confon­dre narcissisme et dramaturgie, démonstration (bruyante) de sentiments et puissance émotionnelle. Hormis une ou deux scènes tenues et qui touchent juste, ADN est truffé de moments gênants : Maïwenn se jetant telle une pleureuse antique sur le lit de mort de son grand-père, Louis Garrel racontant à un parterre d’enfants des blagues sur la pédophilie, Maïwenn en pleine épiphanie dans les rues d’Alger… Devant un film aussi fasciné par son propre exhibitionnisme, inapte à transcender sa petite histoire, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi Maïwenn a choisi de s’attaquer à la question des origines, qui devrait parler à tous. Dès le début, une immersion façon docu dans un Ehpad, aussitôt réduite a son clan, l’actrice-réalisatrice semble renon­cer à s’adresser à nous. À nous qui resterons jusqu’au bout (dans le meilleur des cas) les témoins indifférents de cette famille dysfonctionnelle qu’en croyant mettre en scène Maïwenn don­ne en spectacle. — Mathilde Blottière

« ADN » sur Canal+

Programme Canal+ du Mardi 03 Août 2021

Mardi 03 Août 2021

De 06h19 à 06h44 Voile : Sail GP (Grande-Bretagne)

Rediffusion Sport : voile 25mn Tout public
Sur Canal Plus dès 06h19 : Voile : Sail GP (Grande-Bretagne)

De 06h44 à 07h10 La Gaule d'Antoine : La V.O.

Rediffusion Documentaire : voyage 26mn Tout public

Prêt à parcourir l'Hexagone dans tous les sens, Antoine de Caunes part à la rencontre de Français pittoresques, établis dans différentes régions. Sur son livre de bord, l'animateur compte déjà plusieurs jours passés en Auvergne-Rhöne-Alpes, où il a notamment pu tester les bouchons lyonnais. Comme le veut la formule de l'émission, Antoine de Caunes rencontre des personnalités issues de la région qu'il visite. Il évoque leur parcours et aborde la question des particularités de chaque contrées. Après Les Hauts-de-France ou encore la Nouvelle-Aquitaine, le globe-trotter infatigable reprend son baluchon et fait de nouvelles découvertes.

Sur Canal Plus dès 06h44 : La Gaule d'Antoine

De 07h10 à 07h15 Rita et Crocodile : Promenade en forêt

Série d'animation 5mn Tout public

Saison : 1 - Épisode : 1 - Rita est une fillette de quatre ans au fort caractère, curieuse, courageuse et bavarde. Son ami Crocodile l'aide à affronter l'inconnu, et ensemble, ils partent à la découverte du monde extérieur. Les deux aventuriers se rendent à la plage, apprennent à pêcher, tentent d'apprivoiser un hérisson, partent camper dans la montagne et font des courses de luge. Au cours de ses péripéties, Rita fait l'expérience de sentiments et de frustrations comme la jalousie, la rivalité ou la peur.

Sur Canal Plus dès 07h10 : Rita et Crocodile

De 07h15 à 07h20 Rita et Crocodile : La luge

Série d'animation 5mn Tout public

Saison : 1 - Épisode : 2 - Rita est une fillette de quatre ans au fort caractère, curieuse, courageuse et bavarde. Son ami Crocodile l'aide à affronter l'inconnu, et ensemble, ils partent à la découverte du monde extérieur. Les deux aventuriers se rendent à la plage, apprennent à pêcher, tentent d'apprivoiser un hérisson, partent camper dans la montagne et font des courses de luge. Au cours de ses péripéties, Rita fait l'expérience de sentiments et de frustrations comme la jalousie, la rivalité ou la peur.

Sur Canal Plus dès 07h15 : Rita et Crocodile

De 07h20 à 07h25 Rita et Crocodile : A la pêche

Série d'animation 5mn Tout public

Saison : 1 - Épisode : 3 - Rita est une fillette de quatre ans au fort caractère, curieuse, courageuse et bavarde. Son ami Crocodile l'aide à affronter l'inconnu, et ensemble, ils partent à la découverte du monde extérieur. Les deux aventuriers se rendent à la plage, apprennent à pêcher, tentent d'apprivoiser un hérisson, partent camper dans la montagne et font des courses de luge. Au cours de ses péripéties, Rita fait l'expérience de sentiments et de frustrations comme la jalousie, la rivalité ou la peur.

Sur Canal Plus dès 07h20 : Rita et Crocodile

De 07h25 à 07h31 Rita et Crocodile : Le hérisson

Série d'animation 6mn Tout public

Saison : 1 - Épisode : 4 - Rita est une fillette de quatre ans au fort caractère, curieuse, courageuse et bavarde. Son ami Crocodile l'aide à affronter l'inconnu, et ensemble, ils partent à la découverte du monde extérieur. Les deux aventuriers se rendent à la plage, apprennent à pêcher, tentent d'apprivoiser un hérisson, partent camper dans la montagne et font des courses de luge. Au cours de ses péripéties, Rita fait l'expérience de sentiments et de frustrations comme la jalousie, la rivalité ou la peur.

Sur Canal Plus dès 07h25 : Rita et Crocodile

De 07h31 à 07h42 Les p'tits diables : Oh les amoureux !

Série d'animation 11mn Tout public

Saison : 3 - Épisode : 13 - Chamailleries, disputes, traquenards, trahisons, coups montés, entourloupes. Tom, 6 ans et sa soeur Nina, 8 ans, sont comme chien et chat. Cette rivalité fraternelle les embarque dans de trépidantes aventures.

Sur Canal Plus dès 07h31 : Les p'tits diables

De 07h42 à 07h55 Les p'tits diables : Le goûter de l'espace

Série d'animation 13mn Tout public

Saison : 3 - Épisode : 14 - Chamailleries, disputes, traquenards, trahisons, coups montés, entourloupes. Tom, 6 ans et sa soeur Nina, 8 ans, sont comme chien et chat. Cette rivalité fraternelle les embarque dans de trépidantes aventures.

Sur Canal Plus dès 07h42 : Les p'tits diables

De 07h55 à 08h02 Petit poilu : Pagaille au potager

Jeunesse : dessin animé 7mn Tout public

Saison : 1 - Épisode : 1 - Petit Poilu quitte chaque matin sa maman et sa maison pour se rendre à l'école. De surprise en surprise, de rencontre en rencontre, il rejoint son monde imaginaire à la découverte de l'espace, des Incas ou encore des fonds marins. Le soir, Petit Poilu revient toujours émerveillé et heureux de ses aventures.

Sur Canal Plus dès 07h55 : Petit poilu

De 08h02 à 08h09 Petit poilu : La planète coif'tif

Jeunesse : dessin animé 7mn Tout public

Saison : 1 - Épisode : 2 - Petit Poilu quitte chaque matin sa maman et sa maison pour se rendre à l'école. De surprise en surprise, de rencontre en rencontre, il rejoint son monde imaginaire à la découverte de l'espace, des Incas ou encore des fonds marins. Le soir, Petit Poilu revient toujours émerveillé et heureux de ses aventures.

Sur Canal Plus dès 08h02 : Petit poilu

De 08h09 à 08h17 Petit poilu : L'hôpital des docteurs Toc-toc

Jeunesse : dessin animé 8mn Tout public

Saison : 1 - Épisode : 3 - Petit Poilu quitte chaque matin sa maman et sa maison pour se rendre à l'école. De surprise en surprise, de rencontre en rencontre, il rejoint son monde imaginaire à la découverte de l'espace, des Incas ou encore des fonds marins. Le soir, Petit Poilu revient toujours émerveillé et heureux de ses aventures.

Sur Canal Plus dès 08h09 : Petit poilu

De 08h17 à 08h21 A nous l'Histoire : Mai 68

Série jeunesse 4mn Tout public

Épisode : 1 -

Sur Canal Plus dès 08h17 : A nous l'Histoire

De 08h21 à 08h26 Cher journal : Ça sera peut-être mieux après

Rediffusion Série humoristique 5mn Tout public

Épisode : 23 - Anna, en colocation avec son chien et son ennui, se livre à son journal intime, qu'elle laisse traîner à la vue de tous, pour pouvoir se plaindre du voyeurisme des gens qui l'entourent.

Sur Canal Plus dès 08h21 : Cher journal

De 08h26 à 10h22 My Beautiful Boy

Rediffusion Film : drame 1h56 -12

Pour David Sheff, la vie de son fils, Nicolas, un jeune homme billant, sportif, à l’esprit vif et cultivé, était déjà toute tracée : à ses 18 ans, Nic était promis à une prestigieuse carrière universitaire. Mais le monde de David s’effondre lorsqu’il réalise que Nic a commencé à toucher à la drogue en secret dès ses 12 ans. De consommateur occasionnel, Nic est devenu accro à la méthamphétamine et plus rien ne semble possible pour le sortir de sa dépendance. Réalisant que son fils et devenu avec le temps un parfait étranger, David décide de tout faire pour le sauver. Se confrontant à ses propres limites mais aussi celles de sa famille. - Critique : Sentiments forts et énergie rock irradiaient Alabama Monroe (2012) et Belgica (2016). Le Flamand Felix Van Groeningen exporte aujourd’hui son talent aux États-Unis en restant fidèle à son envie de filmer les liens et les déchirures. Adepte des fictions qui s’ancrent dans les vraies expériences de la vie, il s’inspire des récits publiés par David Sheff et son fils, Nic, sur leurs années passées à se battre avec la drogue. Le jeune garçon était entré très tôt dans la dépendance et rien ne pouvait mettre fin à sa consommation de méthamphétamine, même les efforts du plus aimant, du plus combatif des pères. On retrouve ici l’un de ces récits éclatés qu’affectionne le réalisateur, et qui peut sembler, d’abord, labyrinthique. Mais cette forme se révèle très juste pour évoquer deux vies fracassées. Les mots de douleur de ­David Sheff, interprété par Steve Carell, sont éclairants : « Ce n’est pas toi ! Ce n’est pas moi ! Ce n’est pas nous ! » Du père, du fils et de leur relation de complicité, il ne reste rien, comme si la drogue avait effacé ce qui les rapprochait, et même qui ils étaient. Cette confrontation au vide fait la réussite du film, qui donne toute la mesure d’un naufrage où les explications et les solutions provisoires n’empêchent pas de continuer à couler à pic. Lorsque les personnages renoncent eux-mêmes et affrontent leur impuissance, leur histoire devient déchirante. Ce superbe mélo au masculin, vigoureux et à vif, est aussi une évocation lyrique de la jeunesse, dont le fragile et impressionnant Timothée Chalamet devient le symbole parfait.

Sur Canal Plus dès 08h26 : My Beautiful Boy

De 10h22 à 10h55 Kem's

Rediffusion Jeu 33mn Tout public

Saison : 3 - Avec la participation de Jamel Debbouze, Eric Judor, Camille Lellouche, Amel Bent, Vanessa Guide, Monsieur Poulpe, JoeyStarr, Guillaume Canet…

Sur Canal Plus dès 10h22 : Kem's

De 10h55 à 12h23 Adorables

Rediffusion Film : comédie 1h28 Tout public

Emma et Victor, couple divorcé, sont des parents formidables et à ce titre, ils ne méritent absolument pas la crise d’adolescence de leur fille de 14 ans, Lila. Emma va réagir ou plutôt sur-réagir comme sa propre mère Rose, l’a fait avec elle, et passer de la bienveillance au talion "oeil pour oeil, dent pour dent". - Critique : La comédie est peu présente dans le cinéma belge francophone, mais le sous-genre des chamailleries parents-enfants sature la production française (Telle mère, telle fille, Ma reum, C’est quoi cette famille ?!, Mon bébé et Jalouse). En exploitant platement cette veine, cette coproduction franco-belge ne crée donc guère l’événement… À la puberté, une collégienne jusque-là « modèle » devient véhémente. Face à cette crise hormonale, sa mère, thérapeute pourtant adepte des principes éducatifs à la scandinave, perd pied jusqu’à régresser dans la petitesse, les mesures de rétorsion et la guérilla familiale. Ses propres peurs d’enfant ressortent, tout comme, apparemment, celles de la réalisatrice qui signe une farce empruntée. L’esthétique de sitcom est laide, le tempo de comédie jamais le bon et la musique horriblement redondante. Elsa Zylberstein, qui joue les mamans désemparées, use de son habituel débit précipité et roule ses grands yeux verts, en vain. Quant à Lucien Jean-Baptiste, en ex-mari soucieux d’apaiser les tensions, il passe les plats… Il n’y a pas de recette pour être un bon parent. Pour réussir une comédie non plus.

Sur Canal Plus dès 10h55 : Adorables

De 12h23 à 12h27 Cher journal : Vert prairie

Rediffusion Série humoristique 4mn Tout public

Épisode : 25 - Anna, en colocation avec son chien et son ennui, se livre à son journal intime, qu'elle laisse traîner à la vue de tous, pour pouvoir se plaindre du voyeurisme des gens qui l'entourent.

Sur Canal Plus dès 12h23 : Cher journal

De 12h27 à 12h29 Broute : Police flou

Rediffusion Divertissement 2mn Tout public

Une première saison et 65 millions de vues plus tard, la pastille comique BROUTE. revient dans une saison 2 qui continue de parodier l'actualité avec impertinence. Bertrand Usclat et les comédiens du collectif Yes Vous Aime s'amusent à détourner les archétypes et clichés de notre époque.

Sur Canal Plus dès 12h27 : Broute

De 12h29 à 12h37 Broute : Haut les mains

Rediffusion Divertissement 8mn Tout public

Une première saison et 65 millions de vues plus tard, la pastille comique BROUTE. revient dans une saison 2 qui continue de parodier l'actualité avec impertinence. Bertrand Usclat et les comédiens du collectif Yes Vous Aime s'amusent à détourner les archétypes et clichés de notre époque.

Sur Canal Plus dès 12h29 : Broute

De 12h37 à 13h07 Kem's

Rediffusion Jeu 30mn Tout public

Saison : 1 - Avec la participation de Jamel Debbouze, Eric Judor, Camille Lellouche, Amel Bent, Vanessa Guide, Monsieur Poulpe, JoeyStarr, Guillaume Canet…

Sur Canal Plus dès 12h37 : Kem's

De 13h07 à 13h20 Boite Noire : Gringe / Matthieu Longatte / Victor Solf

Divertissement 13mn Tout public

Acteurs, musiciens, réalisateurs, auteurs, cuisiniers, couturiers, dessinateurs, designers, humoristes, danseurs se succèdent dans la "Boîte noire", installée en permanence dans l'immeuble de Canal+. Certains y font des live, d'autres y chuchotent des secrets et exceptionnellement, les clefs de la boîte seront données à une personnalité qui pourra y faire absolument ce qui lui chante.

Sur Canal Plus dès 13h07 : Boite Noire

De 13h20 à 14h09 La guerre des mondes

Série fantastique 49mn -12

Saison : 2 - Épisode : 3 - Sans rien dire à Emily, ni à ses parents, Bill décide avec Zoé de tester sur Emily l'arme biologique qu'il espère pouvoir utiliser contre les aliens. Catherine, de son côté, gère difficilement son chagrin depuis la mort de Mokrani. Elle n'a, à présent, plus qu'une chose en tête : découvrir qui est Bill Ward et le retrouver. Sophia est prête à l'aider, mais Nathan hésite...

Sur Canal Plus dès 13h20 : La guerre des mondes

De 14h09 à 14h59 La guerre des mondes

Série fantastique 50mn -12

Saison : 2 - Épisode : 4 - Catherine, Sophia et Nathan font route vers Londres, en compagnie de Victor, survivant rencontré par hasard. En chemin, les dangers se multiplient. Les sentiments de Sacha envers Emily s'intensifient et le comportement du jeune homme devient de plus en plus inquiétant. Se sentant menacé, Bill est contraint de prendre la fuite...

Sur Canal Plus dès 14h09 : La guerre des mondes

De 14h59 à 15h49 Smother

Rediffusion 50mn Tout public

Épisode : 5 - Jenny tente de résoudre ses difficultés financières, mais la situation semble sans espoir. Rory parle de sa maladie en phase terminale, ce qui met Callum très mal à l'aise. Val essaye de garder la famille unie, mais les événements deviennent incontrôlables lors du déjeuner d'anniversaire d'Anna…

Sur Canal Plus dès 14h59 : Smother

De 15h49 à 16h40 Smother

Rediffusion 51mn -10

Épisode : 6 - Val redouble d'efforts pour découvrir la vérité sur la mort de Denis, se trouvant déchirée entre la réalité et ce qui est juste. Frank fait un dernier effort pour remettre le projet " Seaview Estates " sur les rails, tandis que Carl reprend ses droits, essayant de retrouver une vie normale avec Ingrid. Lors d'un interrogatoire, des images de vidéosurveillance montrant Callum la nuit de la mort de Denis sont révélées…

Sur Canal Plus dès 15h49 : Smother

De 16h40 à 18h11 Made in Italy

Rediffusion Film 1h31 Tout public
Sur Canal Plus dès 16h40 : Made in Italy

De 18h11 à 18h55 The Tonight Show Starring Jimmy Fallon

Rediffusion Talk-show 44mn Tout public

Présenté par le talentueux Jimmy Fallon, The Tonight Show, diffusé d'abord aux Etats-Unis, propose un moment unique : interviews décalées, gags délirants, parodies hilarantes, sketchs mythiques, défis rocambolesques. Une pléiade de stars est invitée chaque soir pour contribuer à ce grand moment de divertissement et d'humour.

Sur Canal Plus dès 18h11 : The Tonight Show Starring Jimmy Fallon

De 18h55 à 19h00 Avant-match : Ligue des champions

Direct Sport : football 5mn Tout public
Sur Canal Plus dès 18h55 : Avant-match : Ligue des champions

De 19h00 à 21h07 Football : Qualification pour la Ligue des champions (Sparta Prague / Monaco)

Direct Sport : football 2h7 Tout public
Sur Canal Plus dès 19h00 : Football : Qualification pour la Ligue des champions (Sparta Prague / Monaco)

De 21h07 à 22h35 L'aventure des Marguerite

Film : comédie 1h28 Tout public

Marguerite et Margot ont toutes les deux douze ans, avec chacune sa famille, ses copains, ses problèmes... Et son époque. Car l’une vit en 1942 et l’autre en 2018. Mais c’est sans compter sur une mystérieuse malle magique qui les transporte chacune dans l’époque de l’autre. Margot et Marguerite ont un autre point commun : leur père n’est plus là, disparu en pleine 2ème Guerre Mondiale ou n’habitant plus à la maison. À 70 ans d’écart, elles se lancent dans une grande aventure pour retrouver leurs présents, explorant l’Histoire, mais aussi la mémoire de leurs familles. - Critique : Marguerite vit en 1942, Margot, en 2018. Elles ont 12 ans et se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Une malle magique, et soudain elles échangent leurs époques… Ce néo-Retour vers le ­futur juvénile explore l’Histoire et le thème de la filiation avec fraîcheur, en jouant sur les ressorts du troc d’existences : comment l’insolence d’une adolescente d’aujourd’hui peut sauver un père prisonnier de guerre, et la douceur d’une gosse d’hier aplanir les problèmes d’une famille recomposée… En beau-père immature et tendre, Clovis Cornillac est vraiment parfait, et Alice Pol, pleine de peps sous la dentelle.

Sur Canal Plus dès 21h07 : L'aventure des Marguerite

De 22h35 à 00h03 ADN

Rediffusion Film : drame 1h28 Tout public

Neige, divorcée et mère de trois enfants, rend régulièrement visite à Émir, son grand-père algérien qui vit désormais en maison de retraite. Elle adore et admire ce pilier de la famille, qui l’a élevée et surtout protégée de la toxicité de ses parents. Les rapports entre les nombreux membres de la famille sont compliqués et les rancœurs nombreuses... Heureusement Neige peut compter sur le soutien et l’humour de François, son ex. La mort du grand-père va déclencher une tempête familiale et une profonde crise identitaire chez Neige. Dès lors elle va vouloir comprendre et connaître son ADN. Le film fait partie de la Sélection Officielle Cannes 2020 - Critique : Pour On aime beaucoup Les procureurs de son éternel procès en narcissisme peu­vent préparer leurs effets de manches : oui, Maïwenn signe à nouveau un film au parfum d’autofiction. Coécrite avec Mathieu Demy, qui venait d’enterrer sa mère, Agnès Varda, cette histoire de deuil et de quête d’identité sent le chagrin vécu, d’autant que la réalisatrice s’y met en scène sans chercher à en taire les éléments autobiographiques. Comme Neige, son personna­ge, elle a perdu un grand-père adoré. Comme elle, elle traîne une enfance douloureuse, déjà évoquée dans Pardonnez-moi (2006), son premier long métrage. Et, comme elle, a demandé et obtenu la nationalité algérienne. De cette matière brute intime, elle arrache une œuvre vibrante, parfois bouleversante, qui tape dans le mille de l’universel avec cette manière bien à elle d’orchestrer la cacophonie des sentiments. À la disparition d’Emir, aïeul chéri, protecteur et pilier de la famille, Neige et les siens vacillent. Le vide qu’il laisse, dans un premier temps, se remplit de choses à faire : disposer du corps, trier ses affaires, acheter un cercueil… Des formalités tristes à pleurer — et on pleu­re — que Maïwenn choisit de ne pas expédier. Au contraire, elle consigne le concret avec une justesse quasi documentaire, l’enrichissant d’une fiction tragi-comique. Une des séquen­ces les plus drôles se déroule aux pompes funèbres, quand les deux filles du défunt se disputent sur le choix du capitonna­ge blanc. Est-il « ivoire » ou « pisseux » ? L’enjeu n’est pas là, bien sûr, et tout l’art de Maïwenn consiste à faire resurgir, au détour d’une pique vacharde, d’un agacement irrépressible, les rancœurs anciennes. Par sa caméra attentive et sa formidable direction d’acteurs, elle excelle à traduire les dynamiques de grou­pe, l’impossibilité démocrati­que du clan. Qui, maintenant qu’Emir s’en est allé, crie, s’engueule, rè­gle ses comptes. Dans le second temps, en revan­che, il ne reste rien à faire, et trop à penser, ou panser. Fin du portrait de famille : le film se recadre sur Neige. Son amitié avec l’hilarant François (Louis Garrel, que l’on remercie d’exister). Sa rupture violente avec sa mère, campée par une Fanny Ardant magistrale, dont le jeu semble neuf, décapé de toute affectation. Sa relation avec son père dans une audacieuse scène de rêve — pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos lustres ? Et le questionnement des origi­nes, cet héritage algérien qui vient combler le vide. Les montagnes russes d’é­mo­tions, l’ADN du cinéma de Maï­wenn, débouchent sur un horizon libérateur : on peut choisir où planter ses racines. — Marie Sauvion Contre On n'aime pas Lors la sortie de Polisse, en 2011, les avis étaient déjà partagés à Télérama. Le « contre » arguait que « l’engueulade non-stop, seul principe de mise en scène, n’est pas une garantie de vérité ». Hélas, neuf ans et deux films plus tard (Mon roi et celui-ci), Maïwenn en est toujours là. À confon­dre narcissisme et dramaturgie, démonstration (bruyante) de sentiments et puissance émotionnelle. Hormis une ou deux scènes tenues et qui touchent juste, ADN est truffé de moments gênants : Maïwenn se jetant telle une pleureuse antique sur le lit de mort de son grand-père, Louis Garrel racontant à un parterre d’enfants des blagues sur la pédophilie, Maïwenn en pleine épiphanie dans les rues d’Alger… Devant un film aussi fasciné par son propre exhibitionnisme, inapte à transcender sa petite histoire, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi Maïwenn a choisi de s’attaquer à la question des origines, qui devrait parler à tous. Dès le début, une immersion façon docu dans un Ehpad, aussitôt réduite a son clan, l’actrice-réalisatrice semble renon­cer à s’adresser à nous. À nous qui resterons jusqu’au bout (dans le meilleur des cas) les témoins indifférents de cette famille dysfonctionnelle qu’en croyant mettre en scène Maïwenn don­ne en spectacle. — Mathilde Blottière

Sur Canal Plus dès 22h35 : ADN