TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 Arte C8 W9 TMC TFX NRJ 12 La Chaîne Parlementaire Public Sénat (LCP) France 4 BFM TV CNEWS CSTAR Gulli Culturebox TF1 Séries Films L'Équipe 6ter RMC Story RMC Découverte Chérie 25 LCI Franceinfo IDF1 Téva RTL 9 TV Breizh Paris Première Canal+ Cinéma Canal+ Séries Canal+ Family Canal+ Sport Canal+ Décalé OCS Max OCS Géants OCS Choc OCS City beIN SPORTS 1 beIN SPORTS 2 beIN SPORTS 3

OCS Max : Programme TV de la chaîne OCS Max

En ce moment sur OCS Max :

16h40 Toute ressemblance...

Rediffusion Film : comédie dramatique 1h25 Tout public
Toute ressemblance...

Surnommé CSG par tout le monde, Cédric Saint Guérande est l'animateur préféré des Français. Son journal télévisé domine largement les audiences, il est proche des plus grandes célébrités du pays. Il croit que tout lui est permis, mais son succès fait en réalité des jaloux. Même au sein de La Grande Chaîne pour laquelle il officie. Le nouveau président de l'entreprise est d'ailleurs bien décidé à brider l'ambition apparemment sans limite du journaliste. Pour cela, il demande à son entourage de mener l'enquête sur Saint Guérande, afin de trouver de quoi le menacer. Bientôt, la guerre est déclarée entre les deux hommes... - Critique : Il faut se méfier de la voix off au cinéma : entre des mains malhabiles, c’est de la nitroglycérine. Ou du chloroforme. Chez le débutant Michel Denisot, qui signe avec Toute ressemblance… son premier long métrage, Franck Dubosc commente quasiment chaque séquence sur un ton de confidence cynique, lestant de ses explications des images déjà platement explicites, dans un ersatz de complicité avec le spectateur. Loin de l’attachant Chirac de Camping, il incarne un journaliste star du 20 heures, Cédric Saint Guérande, qui se livre à une guéguerre ouverte avec le nouveau président de sa chaîne (Denis Podalydès), un « coupeur de têtes » désireux de rajeunir l’antenne. On espérait que cette intrigue minimaliste serait au moins nourrie des quarante ans de métier de l’homme de télé Denisot. Elle ne l’est, en fait, que d’un ramassis d’anecdotes périmées et de son carnet d’adresses. Peuplé de figurants célèbres (Michel Drucker, Claire Chazal, Patrick Poivre d’Arvor, Marc-Olivier Fogiel, Nikos Aliagas, Béatrice Dalle, JoeyStarr…), Toute ressemblance… se vend comme une immersion dans les coulisses de la télévision. Où, surprise, on croiserait des monstres d’ego, des hommes accros au pouvoir, à la drogue, à la célébrité (mais pas tellement au travail, apparemment, puisque personne n’a jamais l’air de bosser). Le scénario, étique, ressemble in fine a un agglomérat de péripéties plus ou moins salées, voire salaces – bonjour l’humour franchouillard des scènes de sexe – et les personnages n’existent que par la somme des clichés qu’ils condensent. On est un peu triste pour Franck Dubosc, dont on persiste à penser qu’il pourrait devenir notre Steve Carell. On est un peu content pour Jérôme Commandeur, le plus drôle de la bande, qui se sort par miracle d’un rôle piégeux de producteur gay à la libido en roue libre. On est surpris, enfin, par la brièveté de l’affaire : une heure vingt-trois minutes. Pas parce que ce serait une épure, non, plutôt parce que le film n’a rien à dire, en fait, et qu’il le dit mal. Pour preuve, cette séquence royale avec Alain Delon, qui aurait pu donner matière à une parenthèse magique. Invité du JT de Saint Guérande, l’acteur se soumet à un exercice gonflé : « l’interview sans paroles ». Las, au lieu d’appliquer ce programme – filmer, en silence, le visage de Delon pendant plusieurs minutes, et peut-être laisser au spectateur le loisir de projeter soixante ans de souvenirs sur ce vieux visage aimé –, la voix off, encore elle, vient saborder la scène. Le film cavale d’un bout à l’autre. La peur du vide, sans doute. En tout cas, toute ressemblance avec du cinéma serait purement fortuite.

50min

À suivre, dès 18h05 : Story Movies (Rediffusion)

Ce soir sur OCS Max :

22h35 The Little Stranger

Rediffusion Film : thriller 1h45 -12

Faraday, un médecin de campagne aux origines modestes, est appelé à Hundreds Hall, une demeure du XVIIIe siècle qui a beaucoup perdu de son lustre. Alors qu'il doit soigner une jeune servante, il devient ami avec Caroline Ayres, la vieille fille de la famille, son frère Roderick, un ancien pilote de la seconde guerre mondiale qui tente de guérir de ses blessures physiques et psychologiques, et leur mère, la propriétaire du domaine. Faraday se rend vite compte que la situation financière de la famille est au plus mal. Roderick commence à avoir d'étranges visions. Des tâches, comme des brûlures, commencent à apparaître sur les murs. Une nuit, la chambre de Roderick prend feu... - Critique : Dans un manoir anglais, une femme hantée par le souvenir d’une enfant morte reçoit un médecin qui s’intéresse à son fils, revenu défiguré de la guerre de 39-45, mais aussi à sa fille… D’un roman de Sarah Waters (L’Indésirable), le réalisateur tire un film d’atmosphère qui séduit d’une étrange façon : on ne sait jamais ce qu’il raconte… Enfance tragique, manœuvre de séduction, mystère surnaturel ? L’incertitude est joliment cultivée par une mise en scène qui stimule l’imaginaire. Au point que, lorsque vient le moment des éclaircissements, on reste un peu sur sa faim.

« The Little Stranger » sur OCS Max

Programme OCS Max de la journée d'aujourd'hui

Samedi 17 Avril 2021

De 06h45 à 08h30 Angry Birds : copains comme cochons

Rediffusion Film d'animation 1h45 Tout public

Les oiseaux et les cochons se regardent toujours en chiens de faïence. Ils vont devoir mettre leur animosité de côté quand des aigles, de nouveaux ennemis, font son apparition. Red, Chuck, Bombe, étroitement surveillé par sa mère, l’Aigle Vaillant, Silver, la sœur de Chuck ultradiplomée doivent unir leurs forces avec les cochons Léonard, son assistante Courtney et Garry afin de sauver leur communauté. Afin de débarquer incognito sur l'île de leurs adversaire, ils se munissent de gadgets ultra perfectionnés et montent à bord d'un sous-marin jaune. Sur place, ils se glissent dans un costume d'aigle dans le but de détruire leur base secrète...

Sur OCS Max dès 06h45 : Angry Birds : copains comme cochons

De 08h30 à 10h05 Marius

Rediffusion Film : drame 1h35 Tout public

Sans trop se poser de questions, Auteuil s'empare du monument patrimonial de Pagnol et ne s'en tire pas si mal, en combinant humour et tension dramatique, dans une ambiance sombre. - Critique : Pourquoi Pagnol ? Parce que Daniel Auteuil lui doit beaucoup — c’est avec Jean de Florette qu’il a connu la consécration — et qu’il croit fermement au caractère impérissable de cette œuvre, malgré son cortège de clichés. Refaire la Provence « avé l’assent », le bar de la Marine face au Vieux-Port, la partie de cartes avec le fameux « Tu me fends le cœur ! » lancé par Raimu, il fallait en effet oser. Fanny, marchande de coquillages, aime donc depuis l’enfance Marius, fils de César, le patron du bar. Marius n’est pas insensible au charme de la demoiselle, mais il a une passion dévorante, le bateau. Va-t-il répondre à l’appel du large, faire souffrir père et prétendante ? Passé le moment de malaise (l’impression d’être dans un musée Grévin méridional), on doit convenir que le cinéaste Auteuil ne s’en tire pas si mal. Au-delà des galéjades et de la faconde, il mise surtout sur le caractère mélodramatique de cet univers confiné. Pas de cigales et de lumière en pagaille, mais des scènes d’intérieur, une part de théâtre ténébreux que le cinéaste parvient à dynamiser en variant les plans, en s’appuyant aussi sur des comédiens globalement solides. Victoire Bélézy (la Fanny), nouvelle venue, et Raphaël Personnaz (le Marius), mèche tombante, foulard bleu roulé et noué autour du cou, sont fiévreux sans être ridicules. A travers cette mini-saga dépeignant la famille protectrice et étouffante pointe une tension sourde. Comme une appréhension du chagrin, de la rupture.

Sur OCS Max dès 08h30 : Marius

De 10h05 à 11h45 Fanny

Rediffusion Film : drame 1h40 Tout public

Ce deuxième volet de la trilogie de Pagnol adapté par Auteuil surmonte bien des écueils et finit même par émouvoir. - Critique : | Genre : La paix du ménage. Rétrospectivement, on peut voir La Fille du puisatier, premier film réalisé par Daniel Auteuil, comme un entraînement avant la confrontation directe avec le monument de Pagnol. Après Marius, voici donc Fanny, le deuxième volet. Pourquoi Pagnol ? Sans doute parce que Daniel Auteuil lui doit beaucoup — c'est avec Jean de Florette qu'il a connu la consécration — et qu'il croit fermement au caractère impérissable de cette oeuvre, malgré son cortège de clichés. Fanny est cette fois au premier plan. Elle élève maintenant son fils (dont le père est Marius), avec Panisse, l'honorable et prospère commerçant, son mari depuis deux ans. Mais voilà que Marius, parti loin en mer, revient. On doit convenir que le ­cinéaste Auteuil ne s'en tire pas si mal. ­Au-delà des galéjades et de la faconde, il mise surtout sur le caractère mélodramatique de cet univers, particulièrement confiné et sombre dans ce deuxième volet. Pas de cigales et de lumière en pagaille, mais des scènes d'intérieur, une part de théâtre ténébreux que le cinéaste parvient à dynamiser en variant les plans, en s'appuyant aussi sur des comédiens ­solides, Darroussin en premier lieu. Victoire Belezy (la Fanny), nouvelle venue, et Raphaël Personnaz (le Marius) savent se montrer moins juvéniles que dans Marius, plus tendus et graves. A travers cette minisaga dépeignant la famille protectrice et étouffante pointe un conflit sourd. Entre raison et sentiment, sacrifice et égoïsme. — Jacques Morice

Sur OCS Max dès 10h05 : Fanny

De 11h45 à 13h25 Qui m'aime me suive !

Rediffusion Film : comédie 1h40 Tout public

Mathieu Demy, médecin accompli, décide de changer de vie, et de reformer le groupe de rock de son adolescence. Après Nos enfants chéris, Benoît Cohen poursuit son tableau doux-amer des trentenaires bobos en questionnement sur leur vie, leurs amours, leurs boulots. Du charme. - Critique : Film de Benoît Cohen (France, 2006). Scénario : Eléonore Pourriat et B. Cohen. 100 mn. Avec Mathieu Demy : Max. Eléonore Pourriat : Chine. Julie Depardieu : Praline. Romane Bohringer : Anna. Mathias Mlekuz : Jojo. Genre : nouveau départ. Les cinéastes français connaissent de mieux en mieux la chanson, comme l’ont prouvé, avec une réussite inégale, Backstage ou On va s’aimer. Dans le quatrième film de Benoît Cohen, dont on avait aimé Nos enfants chéris, la pop sert d’exutoire – et de nouvelle vie rêvée – à un trentenaire apparemment bien calé sur les rails de la réussite, médecin émérite marié à une brune avocate. Mathieu Demy, toujours performant dans ces rôles où l’ado indécis pointe sous l’adulte responsable, est Max, qui reforme le groupe de son adolescence. Il y intègre celle par qui les problèmes arrivent, une trop jolie chanteuse au tempérament de feu, baptisée Chine (convaincante Eléonore Pourriat, aussi coscénariste du film). Changer de vie, ici tenter d’être « nouvelle star » à l’âge supposé de la maturité : le récit aligne les passages obligés de ce joli programme, et notamment l’attitude des proches, colère des uns, complicité des autres – Julie Depardieu n’est pas gâtée par un personnage qu’elle semble avoir déjà joué cent fois. Mais la qualité des scènes chorales, y compris au sens musical du terme, compense les conventions du scénario : l’apparente liberté d’une soirée trop arrosée au bord d’une piscine, plus généralement les séances d’enregistrement. Car la BO est de qualité : chansons originales (duos électriques aux textes malins) signées Léonard Vindry, et heureuses ponctuations (Higelin, Jacques Bertin). Elle contribue au charme tenace de l’entreprise. Aurélien Ferenczi

Sur OCS Max dès 11h45 : Qui m'aime me suive !

De 13h25 à 15h00 Braquage à l'allemande

Rediffusion Film 1h35 Tout public

Alors qu'ils pensaient pouvoir compter sur des économies précieusement amassées au long des années, Chris, boxeur, Peter, acteur, et Max, publicitaire, découvrent que le directeur de la banque, à dessein, ne s'est pas occupé de leurs placements. Les trois hommes, qui n'ont désormais plus rien à perdre, décident de braquer l'établissement bancaire pour se venger et à leur tour, faire perdre de l'argent au banquier peu scrupuleux...

Sur OCS Max dès 13h25 : Braquage à l'allemande

De 15h00 à 16h40 Les vétos

Rediffusion Film : comédie dramatique 1h40 Tout public

Dans une campagne reculée, Nico et Michel sont les seuls vétérinaires sur des kilomètres à la ronde. Nico se plie en quatre pour maintenir son activité et sa vie familiale. Lorsque Michel, son associé, lui annonce son départ à la retraite, Nico est inquiet quant à l'avenir de sa clinique. La relève s'incarne en la personne d'Alexandra, une jeune femme qui vient tout juste d'obtenir son diplôme. Pourtant originaire du coin, Alexandra ne pense pas fonder sa carrière dans sa campagne natale. D'autant plus que cette nouvelle véto ne fait pas l'unanimité...

Sur OCS Max dès 15h00 : Les vétos

De 16h40 à 18h05 Toute ressemblance...

Rediffusion Film : comédie dramatique 1h25 Tout public

Surnommé CSG par tout le monde, Cédric Saint Guérande est l'animateur préféré des Français. Son journal télévisé domine largement les audiences, il est proche des plus grandes célébrités du pays. Il croit que tout lui est permis, mais son succès fait en réalité des jaloux. Même au sein de La Grande Chaîne pour laquelle il officie. Le nouveau président de l'entreprise est d'ailleurs bien décidé à brider l'ambition apparemment sans limite du journaliste. Pour cela, il demande à son entourage de mener l'enquête sur Saint Guérande, afin de trouver de quoi le menacer. Bientôt, la guerre est déclarée entre les deux hommes... - Critique : Il faut se méfier de la voix off au cinéma : entre des mains malhabiles, c’est de la nitroglycérine. Ou du chloroforme. Chez le débutant Michel Denisot, qui signe avec Toute ressemblance… son premier long métrage, Franck Dubosc commente quasiment chaque séquence sur un ton de confidence cynique, lestant de ses explications des images déjà platement explicites, dans un ersatz de complicité avec le spectateur. Loin de l’attachant Chirac de Camping, il incarne un journaliste star du 20 heures, Cédric Saint Guérande, qui se livre à une guéguerre ouverte avec le nouveau président de sa chaîne (Denis Podalydès), un « coupeur de têtes » désireux de rajeunir l’antenne. On espérait que cette intrigue minimaliste serait au moins nourrie des quarante ans de métier de l’homme de télé Denisot. Elle ne l’est, en fait, que d’un ramassis d’anecdotes périmées et de son carnet d’adresses. Peuplé de figurants célèbres (Michel Drucker, Claire Chazal, Patrick Poivre d’Arvor, Marc-Olivier Fogiel, Nikos Aliagas, Béatrice Dalle, JoeyStarr…), Toute ressemblance… se vend comme une immersion dans les coulisses de la télévision. Où, surprise, on croiserait des monstres d’ego, des hommes accros au pouvoir, à la drogue, à la célébrité (mais pas tellement au travail, apparemment, puisque personne n’a jamais l’air de bosser). Le scénario, étique, ressemble in fine a un agglomérat de péripéties plus ou moins salées, voire salaces – bonjour l’humour franchouillard des scènes de sexe – et les personnages n’existent que par la somme des clichés qu’ils condensent. On est un peu triste pour Franck Dubosc, dont on persiste à penser qu’il pourrait devenir notre Steve Carell. On est un peu content pour Jérôme Commandeur, le plus drôle de la bande, qui se sort par miracle d’un rôle piégeux de producteur gay à la libido en roue libre. On est surpris, enfin, par la brièveté de l’affaire : une heure vingt-trois minutes. Pas parce que ce serait une épure, non, plutôt parce que le film n’a rien à dire, en fait, et qu’il le dit mal. Pour preuve, cette séquence royale avec Alain Delon, qui aurait pu donner matière à une parenthèse magique. Invité du JT de Saint Guérande, l’acteur se soumet à un exercice gonflé : « l’interview sans paroles ». Las, au lieu d’appliquer ce programme – filmer, en silence, le visage de Delon pendant plusieurs minutes, et peut-être laisser au spectateur le loisir de projeter soixante ans de souvenirs sur ce vieux visage aimé –, la voix off, encore elle, vient saborder la scène. Le film cavale d’un bout à l’autre. La peur du vide, sans doute. En tout cas, toute ressemblance avec du cinéma serait purement fortuite.

Sur OCS Max dès 16h40 : Toute ressemblance...

De 18h05 à 18h25 Story Movies

Rediffusion Magazine du cinéma 20mn Tout public

Saison : 4 - Story Movies c'est une balade cinématographique de film en film. Chaque semaine, Sophie Soulignac couvre tous les événements majeurs. Entretiens complices et intimistes, junkets exclusifs, échappées lors d'avant-premières, de tournages ou de Festivals, Story Movies prend le temps de découvrir, de regarder et de raconter.

Sur OCS Max dès 18h05 : Story Movies

De 18h25 à 18h55 Search Party : The Inferno

Rediffusion Série humoristique 30mn -10

Saison : 4 - Épisode : 9 - Agée d'une vingtaine d'années, New-Yorkaise jusqu'à la pointe de ses boucles brunes, Dory a la désagréable sensation de faire tapisserie dans sa propre vie. Sa liaison avec Drew, aussi immature que narcissique, la laisse insatisfaite. Elle ne trouve aucun épanouissement dans son travail d'assistante personnelle d'une riche mécène. Même les babillages de Portia et Elliott, ses meilleurs amis, l'ennuient. Aussi, lorsque par hasard, elle découvre qu'une ex-camarade a disparu, Dory se lance à corps perdu dans une enquête pour la retrouver, entraînant à sa suite sa petite bande. Atypique, la série "Search Party" est une sitcom d'auteur, mordante, mystérieuse et, selon les critiques américains, très addictive.

Sur OCS Max dès 18h25 : Search Party

De 18h55 à 19h30 Search Party : The Shadows

Rediffusion Série humoristique 35mn -10

Saison : 4 - Épisode : 10 - Agée d'une vingtaine d'années, New-Yorkaise jusqu'à la pointe de ses boucles brunes, Dory a la désagréable sensation de faire tapisserie dans sa propre vie. Sa liaison avec Drew, aussi immature que narcissique, la laisse insatisfaite. Elle ne trouve aucun épanouissement dans son travail d'assistante personnelle d'une riche mécène. Même les babillages de Portia et Elliott, ses meilleurs amis, l'ennuient. Aussi, lorsque par hasard, elle découvre qu'une ex-camarade a disparu, Dory se lance à corps perdu dans une enquête pour la retrouver, entraînant à sa suite sa petite bande. Atypique, la série "Search Party" est une sitcom d'auteur, mordante, mystérieuse et, selon les critiques américains, très addictive.

Sur OCS Max dès 18h55 : Search Party

De 19h30 à 20h00 Vingt-cinq : Le Renault Espace

Série humoristique 30mn -12

Saison : 1 - Épisode : 7 - Adrien et Sophie réunissent leurs amis d'enfance. La rencontre entre Nina et Julie est plutôt tendue. Damian, le nouveau compagnon de Julie, n'apprécie pas d'apprendre qu'elle était naguère avec Jeremy. Jonas, lui, n'a pas très envie de retrouver ses acolytes. Nico lui propose donc de passer un peu de temps ensemble...

Sur OCS Max dès 19h30 : Vingt-cinq

De 20h00 à 20h40 Vingt-cinq : Le triangle

Série humoristique 40mn -12

Saison : 1 - Épisode : 8 - Jeremy, en convalescence, est provisoirement de retour chez ses parents. Il n'apprécie guère que sa mère ait mis sa chambre en location et qu'elle ait fait le tri dans ses affaires. Il retrouve dans l'immeuble Arthur, un ami d'enfance, qui vit toujours chez ses parents. De son côté, Alex démarre à contrecoeur un nouveau travail, tandis que Laeti espère qu'un rendez-vous viendra relancer une vie sentimentale en berne...

Sur OCS Max dès 20h00 : Vingt-cinq

De 20h40 à 22h35 Breathe

Rediffusion Film : drame 1h55 -10

Robin Cavendish, un homme sportif adepte des voyages dans le monde entier, contracte un jour la poliomyélite et reste paralysé. Son épouse se dévoue pour le soutenir...

Sur OCS Max dès 20h40 : Breathe

De 22h35 à 00h20 The Little Stranger

Rediffusion Film : thriller 1h45 -12

Faraday, un médecin de campagne aux origines modestes, est appelé à Hundreds Hall, une demeure du XVIIIe siècle qui a beaucoup perdu de son lustre. Alors qu'il doit soigner une jeune servante, il devient ami avec Caroline Ayres, la vieille fille de la famille, son frère Roderick, un ancien pilote de la seconde guerre mondiale qui tente de guérir de ses blessures physiques et psychologiques, et leur mère, la propriétaire du domaine. Faraday se rend vite compte que la situation financière de la famille est au plus mal. Roderick commence à avoir d'étranges visions. Des tâches, comme des brûlures, commencent à apparaître sur les murs. Une nuit, la chambre de Roderick prend feu... - Critique : Dans un manoir anglais, une femme hantée par le souvenir d’une enfant morte reçoit un médecin qui s’intéresse à son fils, revenu défiguré de la guerre de 39-45, mais aussi à sa fille… D’un roman de Sarah Waters (L’Indésirable), le réalisateur tire un film d’atmosphère qui séduit d’une étrange façon : on ne sait jamais ce qu’il raconte… Enfance tragique, manœuvre de séduction, mystère surnaturel ? L’incertitude est joliment cultivée par une mise en scène qui stimule l’imaginaire. Au point que, lorsque vient le moment des éclaircissements, on reste un peu sur sa faim.

Sur OCS Max dès 22h35 : The Little Stranger