TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 Arte C8 W9 TMC TFX NRJ 12 La Chaîne Parlementaire Public Sénat (LCP) France 4 BFM TV CNEWS CSTAR Gulli Culturebox TF1 Séries Films L'Équipe 6ter RMC Story RMC Découverte Chérie 25 LCI Franceinfo IDF1 Téva RTL 9 TV Breizh Paris Première Canal+ Cinéma Canal+ Séries Canal+ Family Canal+ Sport Canal+ Décalé OCS Max OCS Géants OCS Choc OCS City beIN SPORTS 1 beIN SPORTS 2 beIN SPORTS 3

OCS Géants : Programme TV de la chaîne OCS Géants

En ce moment sur OCS Géants :

22h50 Les joyeux fantômes

Rediffusion Film : comédie 1h40 Tout public
Les joyeux fantômes

Quatre fantômes de la famille Roviano mènent une existence agréable à Rome, dans le palais du vieux prince Annibale di Roviano, leur descendant, qui s'accomode très bien de leur compagnie. Leur quiétude est cependant troublée par l'arrivée d'un agent immobilier sans scrupule, qui est prêt à tout pour obtenir la maison et la démolir. Les spectres, aidés par le propriétaire du palais, vont faire montre d'une belle créativité pour préserver les lieux qu'ils aiment hanter...

1h 8min

À suivre, dès 00h30 : Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages (Rediffusion)

Ce soir sur OCS Géants :

22h50 Les joyeux fantômes

Rediffusion Film : comédie 1h40 Tout public

Quatre fantômes de la famille Roviano mènent une existence agréable à Rome, dans le palais du vieux prince Annibale di Roviano, leur descendant, qui s'accomode très bien de leur compagnie. Leur quiétude est cependant troublée par l'arrivée d'un agent immobilier sans scrupule, qui est prêt à tout pour obtenir la maison et la démolir. Les spectres, aidés par le propriétaire du palais, vont faire montre d'une belle créativité pour préserver les lieux qu'ils aiment hanter...

« Les joyeux fantômes » sur OCS Géants

Programme OCS Géants de la journée d'aujourd'hui

Mardi 03 Août 2021

De 06h15 à 08h20 Adua et ses compagnes

Rediffusion Film : comédie dramatique 2h5 Tout public

Une maison close va cesser son activité. Chacune des pensionnaires rêve d'avenir, jusqu'à l'arrivée d'un nouveau protecteur. - Critique : Anna Magnani, Sophia Loren, Monica Vitti, Claudia Cardinale… Le cinéma italien, plus que tout autre, a toujours mis en avant les actrices. Allant même les chercher en dehors de ses frontières. En 1960, Antonio Pietrangeli (cinéaste trop méconnu en France) offre à Simone Signoret un rôle particulièrement émouvant. Elle est Adua, tenancière de maisons close qui doit penser à l’avenir, la loi interdisant désormais ces lieux de prostitution. Avec trois compagnes, elle veut ouvrir un restaurant qui proposera à certains clients de monter dans les chambres… Grisées par ce projet commun, les filles vont se découvrir d’autres qualités que celles liées au sexe. C’est cette découverte d’une nouvelle vie possible que le réalisateur capte, au plus près de ses héroïnes, bouleversantes. Sa caméra tourne autour des visages, suit les émotions dans un sourire esquissé, une paupière qui se ferme… Signoret est lumineuse, retrouvant la candeur de Casque d’or. Alors qu’elle n’avait plus d’illusions, Adua commence à croire que l’amour peut être désintéressé — auprès de Marcello Mastroianni, plus vil que jamais. Marilina — fragile Emmanuelle Riva — rappelle auprès d’elle son fils et Caterina pense au mariage. Aveuglées par leur rêve d’émancipation, elles ne voient pas les signes de la fatalité s’inscrire petit à petit dans leur quotidien. La belle musique jazzy de Piero Piccioni prend des accents dissonants. Les hommes reviennent alors dans le cadre et dans leur vie pour leur rappeler leur condition de prostituées. La chute en sera d’autant plus cruelle, avec une dernière scène où Signoret est déchirante.

Sur OCS Geants dès 06h15 : Adua et ses compagnes

De 08h20 à 09h45 Marche à l'ombre

Film 1h25 Tout public

Les petits malheurs de deux zonards en goguette, un musicien voyageur et un éternel angoissé, entre les squats de Paris et les grandes avenues de New York. - Critique : Pourquoi, plus de trente ans plus tard, colle-t-on encore avec plaisir aux baskets de Denis, dont les entorses s’infectent, et de François, qui le porte et le supporte ? Parce que le premier film de Michel Blanc est d’une drôlerie et d’une tendresse qui ne se démodent pas et qu’il raconte l’inébranlable amitié d’un pot de fer et d’un pot de terre. Denis, lâche et hypocondriaque, a besoin des épaules de François. Qui, lui, puise sa force dans la faiblesse et les jérémiades de Denis. Déjà loin du café-théâtre de ses débuts, Michel Blanc signe une vraie mise en scène de cinéma. Les hallucinations post-fumette de Denis et son achat d’une tranche de pâté de tête minimaliste restent des raisons suffisantes pour revoir cette ode aux losers, temporaires ou chroniques.

Sur OCS Geants dès 08h20 : Marche à l'ombre

De 09h45 à 11h35 Le jumeau

Rediffusion Film 1h50 Tout public

Un homme rencontre de ravissantes jumelles et s'invente un jumeau pour les séduire toutes les deux. Son projet réussit, mais sa vie se complique. - Critique : Un homme rencontre de ravissantes jumelles et s'invente un frère jumeau pour les séduire toutes les deux. La dérision légère du roman s'évapore hélas au gré d'un vaudeville de plus, avec ses éternels quiproquos usés. Même Pierre Richard semble fatigué de son personnage de gaffeur lunaire.

Sur OCS Geants dès 09h45 : Le jumeau

De 11h35 à 13h05 Les copains

Film : comédie 1h30 Tout public

Ils sont sept, copains depuis toujours, amis comme cochons, ne vivant que pour leurs monumentales beuveries et leurs canulars impayables. Il y a là en particulier Bénin, le cerveau de la bande, Broudier, son agent d'exécution et Lesueur, spécialiste des farces et attrapes. Un soir, la bande décide de secouer un peu la torpeur de deux sous-préfectures auvergnates, Ambert et Issoire. Broudier est chargé de réveiller le régiment d'Ambert en pleine nuit et se faisant passer pour un ministre tandis que Bénin, déguisé en prédicateur, monte en chaire le lendemain, dans la cathédrale, et se lance dans un singulier sermon... - Critique : Ils sont sept. Bons vivants, un brin anars, unis par une impérissable amitié. De blagues de potaches en études prolongées, les « copains » ont vieilli. La trentaine passée, ils décident pourtant, un soir de libations, de reprendre leur activité favorite : dresser le pilori de la sottise. Sur la carte de France, deux yeux ronds les défient : Ambert et Issoire. Ces paisibles bourgades d’Auvergne deviennent les cibles de leur terrorisme farceur contre l’establishment. Les copains normaliens inventés par Jules Romains en 1910 étaient plus iconoclastes, se moquer du sabre et du goupillon relevait alors d’un véritable engagement, presque du courage physique. En 1965, et plus encore aujourd’hui, leur irrévérence a perdu de sa force… À la sortie du film, l’écrivain donna pourtant sa bénédiction toute laïque aux sept compères partis jouer les Attila à bicyclette. Yves Robert entonne avant tout un hymne à la joie de vivre, à la malice et à la liberté. La chaleur et la connivence qui lient les personnages ont, elles, gardé toute leur saveur. Claude Rich envoie un air de flûte, Philippe Noiret barytonne allégrement et, ô rareté, Guy Bedos joue les grands timides. Baigné par la mythique chanson de Georges Brassens, ce petit bréviaire de sagesse facétieuse se feuillette encore avec bonheur.

Sur OCS Geants dès 11h35 : Les copains

De 13h05 à 14h20 Yves Robert, le cinéma entre copains

Rediffusion Documentaire : cinéma 1h15 Tout public

Gros plan sur le parcours d'Yves Robert, ses amitiés au long cours avec Claude Sautet, Jean-Loup Dabadie et Jean Rochefort, sa curiosité et son amour du cinéma.

Sur OCS Geants dès 13h05 : Yves Robert, le cinéma entre copains

De 14h20 à 16h10 Trois salopards, une poignée d'or

Rediffusion Film 1h50 Tout public
Sur OCS Geants dès 14h20 : Trois salopards, une poignée d'or

De 16h10 à 17h45 La vengeance est un plat qui se mange froid

Rediffusion Film 1h35 Tout public
Sur OCS Geants dès 16h10 : La vengeance est un plat qui se mange froid

De 17h45 à 19h35 Les dents du diable

Rediffusion Film : comédie dramatique 1h50 Tout public

Offensé par le refus d'un missionnaire auquel il offrait sa femme pour lui être agréable, Inuk l'Esquimau le tue. Poursuivi par deux policiers, il s'enfuit. L'un des deux hommes meurt de froid tandis que l'autre est sauvé par Inuk. - Critique : Film de Nicholas Ray (The Savage Innocents, France/Italie/GB, 1960). D'après Hans Ruesch. Image : Aldo Tonti. 110 mn. VM. Avec Anthony Quinn : Inuk. Yoko Tani : Assiak. Peter O'Toole : le premier policier. Carlo Giustini : le deuxième policier. Genre : western chez les esquimaux. Rareté bizarre dans la carrière du réalisateur de La Fureur de vivre et de Johnny Guitare, ce film ne se préoccupe pas du diable ni de ses dents, mais ouvre une discussion inopinée sur le Bien et le Mal chez les Esquimaux, tout en nous montrant qu'ils se servent beaucoup de leurs dents. Inuk, grosse brute sans méchanceté, vivrait en paix sur la banquise si l'homme blanc ne lui avait pas donné une satanée idée : vendre des queues de renard pour acheter un fusil. En voulant faire du commerce, Inuk devient par mégarde un meurtrier. Il craint les esprits vengeurs, mais ce sont deux policiers blancs qui se lancent à ses trousses pour le juger et l'exécuter au nom d'une loi qu'il ne connaît pas. Dans ce duel de civilisations, Nicholas Ray trouve matière à une sorte de western exotique où l'igloo a remplacé le tipi. C'est l'aspect le plus réussi du film, qui semble, pour le reste, réalisé par le commandant Cousteau : le monde polaire est plus qu'un décor dans cette fiction documentaire à grand spectacle. Une voix off nous renseigne ­même sur les étranges moeurs des Esquimaux, et le dialogue tente de refléter cette authenticité des bons sauvages avec un parler « petit nègre » qui provoque le malaise. Anthony Quinn met heureusement un peu d'ordre dans tout ça : en jouant l'Inuit, aussi bon acteur que dans La ­Strada, il redonne au film un vrai goût de cinéma d'aventures. Frédéric Strauss

Sur OCS Geants dès 17h45 : Les dents du diable

De 19h35 à 20h40 Gina, Sophia, Claudia, trois symboles de la féminité à l'italienne

Documentaire : cinéma 1h5 Tout public

Bien que très différentes les unes des autres, Sophia Loren, Gina Lollobrigida et Claudia Cardinale ont toutes trois marqué durablement le cinéma italien et mondial. La réalisatrice Sophie Agacinski dresse le portrait croisé de ces trois comédiennes qui, à leur façon, ont symbolisé la féminité à l'italienne. Très remarquées pour leur beauté, toutes trois tournèrent en Italie, mais aussi en France et à Hollywood et associèrent leur nom à celui de cinéastes de renom comme Werner Herzog ("Fitzcarraldo"), Stanley Donen ("Arabesque"), Charles Chaplin ou encore Christian-Jaque ("Fanfan la Tulipe"). Riche en images d'archives et en extraits de films, un documentaire passionnant sur trois femmes fortes et comédiennes inoubliables.

Sur OCS Geants dès 19h35 : Gina, Sophia, Claudia, trois symboles de la féminité à l'italienne

De 20h40 à 22h50 Les aventures de Pinocchio

Film d'aventures 2h10 Tout public

Gepetto est un menuisier toscan sans le sou. Afin de combler sa solitude, il décide de se fabriquer un pantin de bois, qu'il prénomme Pinocchio. Son ouvrage terminé, pour oublier la faim qui le tenaille, il va se coucher. Dans la nuit glaciale, la fée Turquoise anime la marionnette qui se comporte dès lors comme un petit garçon de chair et de sang, à la grande joie de Gepetto, qui a toujours rêvé d'avoir un fils. Mais Pinocchio se révèle être turbulent. Il fait l'école buissonière et disparaît bientôt avec un directeur de cirque et son théâtre ambulant de marionnettes. Désespéré, le pauvre Gepetto se lance à sa recherche. Commencent alors des aventures rocambolesques... - Critique : Film de Luigi Comencini (Le avventure di Pinocchio, Italie/France/Allemagne, 1971). Scénario : L. Comencini et Suso Cecchi D'Amico, d'après le roman de Carlo Collodi. 120 mn. VM. Avec Nino Manfredi, Andrea Balestri, Gina Lollobrigida.Genre : féerie réaliste.Ces Aventures de Pinocchio ne sont qu'une version raccourcie d'une oeuvre découpée en six épisodes. Ce montage nuit à la cohérence et à la richesse de cette libre adaptation du conte mythique de Collodi. Malgré tout, le regard chaleureux et généreux de Comencini transparaît dans cette quête du père et du fils. Hymne à l'enfance, le film est aussi, à l'inverse du livre, une critique de l'injustice sociale et de l'éducation rigide. Le monde que traverse Pinocchio est souvent cruel, égoïste, froid, à l'image de ce village en­neigé (et antitouristique !) de Toscane où Geppetto vit dans la misère. Son fils, en ­refusant d'être l'enfant sage souhaité par la fausse bonne fée aux cheveux turquoise, échappe aux contraintes sociales et morales. A la fin, il incite son père à faire de même, lui offrant la possibilité d'une deuxième vie. Le fils devient le guide de son père. C'est simple, émouvant et limpide.

Sur OCS Geants dès 20h40 : Les aventures de Pinocchio

De 22h50 à 00h30 Les joyeux fantômes

Rediffusion Film : comédie 1h40 Tout public

Quatre fantômes de la famille Roviano mènent une existence agréable à Rome, dans le palais du vieux prince Annibale di Roviano, leur descendant, qui s'accomode très bien de leur compagnie. Leur quiétude est cependant troublée par l'arrivée d'un agent immobilier sans scrupule, qui est prêt à tout pour obtenir la maison et la démolir. Les spectres, aidés par le propriétaire du palais, vont faire montre d'une belle créativité pour préserver les lieux qu'ils aiment hanter...

Sur OCS Geants dès 22h50 : Les joyeux fantômes