TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 Arte C8 W9 TMC TFX NRJ 12 La Chaîne Parlementaire Public Sénat (LCP) France 4 BFM TV CNEWS CSTAR Gulli Culturebox TF1 Séries Films L'Équipe 6ter RMC Story RMC Découverte Chérie 25 LCI Franceinfo IDF1 Téva RTL 9 TV Breizh Paris Première Canal+ Cinéma Canal+ Séries Canal+ Family Canal+ Sport Canal+ Décalé OCS Max OCS Géants OCS Choc OCS City beIN SPORTS 1 beIN SPORTS 2 beIN SPORTS 3

OCS Choc : Programme TV de la chaîne OCS Choc

En ce moment sur OCS Choc :

21h00 L'accusé

Film : thriller 1h50 -10
L'accusé

Adrian, riche et célèbre homme d'affaires, est accusé du meurtre de Laura, sa maîtresse. Le corps de cette dernière a été retrouvé dans la salle de bain d'une chambre d'hôtel de montagne. Conseillé par son ami Félix, Adrian fait appel à Virginia Goodman, une avocate renommée. Peu convaincue par le récit de la dernière nuit d'Adrian avec sa maîtresse, Virginia lui demande de revenir sur toute son histoire avec Laura...

1h 21min

À suivre, dès 22h50 : Zodiac (Rediffusion)

Ce soir sur OCS Choc :

21h00 L'accusé

Film : thriller 1h50 -10

Adrian, riche et célèbre homme d'affaires, est accusé du meurtre de Laura, sa maîtresse. Le corps de cette dernière a été retrouvé dans la salle de bain d'une chambre d'hôtel de montagne. Conseillé par son ami Félix, Adrian fait appel à Virginia Goodman, une avocate renommée. Peu convaincue par le récit de la dernière nuit d'Adrian avec sa maîtresse, Virginia lui demande de revenir sur toute son histoire avec Laura...

« L'accusé » sur OCS Choc

22h50 Zodiac

Rediffusion Film : thriller 2h40 -12

Depuis 1966, la ville de San Francisco est sous la menace constante d'un tueur en série qui se fait appeler "le zodiaque". L'homme, insaisissable, laisse des messages cryptés aux journaux de la région. Robert Graysmith, illustrateur dans l'un de ces journaux, semble avoir décodé les messages... - Critique : Pour raconter comment, à la fin des années 1970, un flic de San Francisco et un journaliste ont pisté un tueur en série, le Zodiac, Fincher tourne le dos aux architectures narratives complexes qui jusque-là étaient sa signature. À la manière d’un rapport de police que l’on compulserait page après page, il collecte des faits, rien que des faits, et les met bout à bout. Des meurtres, d’abord — filmés avec une sécheresse terrifiante —, et d’éventuels survivants. Et puis la longue et tortueuse enquête pour déchiffrer les indices que laisse volontairement l’assassin : conjectures, interrogatoires, perquisitions. Pas une séquence sans repères, lieu, date et heure. La dramatisation naît de l’accumulation. David Fincher s’appuie aussi sur la puissance évocatrice du cinéma hollywoodien, sur le sens de la composition des acteurs américains, sur une mise en scène fluide, jamais tape-à-l’œil, qui transforme l’épais dossier en objet de cinéma. Même éclaté, émietté, le récit finit par prendre corps. La structure est toujours plus forte que le chaos de la vie, semble dire le cinéaste…

« Zodiac » sur OCS Choc

Programme OCS Choc de la journée d'aujourd'hui

Lundi 08 Août 2022

De 06h50 à 08h30 Le diable au coeur

Rediffusion Téléfilm dramatique 1h40 Tout public

Catherine Borowiak, la petite cinquantaine, est directrice d'une agence de liberté conditionnelle. En charge du dossier de Hugo, un jeune homme de 25 ans récemment sorti de prison, elle laisse s'installer entre eux une relation dangereuse. Peu à peu, elle prend conscience du péril que représente pour sa famille et son mariage sa passion dévastatrice pour ce jeune homme manipulateur et dangereux. Dès lors, Catherine va prendre tous les risques pour protéger sa maison, son mari et son fils de la menace qu'elle a elle-même fait entrer dans leurs vies... - Critique : Victime d’un coup de feu, elle gît sur le sol de sa maison. Les secours arrivent pour l’évacuer. Abrités sous une couverture de survie, son fils et son mari assistent à la scène, sidérés. Débute alors un flash-back qui reconstituera les étapes de la descente aux enfers de Catherine Borowiak et de sa famille. Quelques semaines plus tôt, tout allait bien dans l’existence de la jolie quinquagénaire. Passionnée par son boulot de directrice d’une agence de liberté conditionnelle, elle était plongée dans les préparatifs de sa fête d’anniversaire. Mais l’harmonie de son existence est perturbée par un nouveau dossier. Celui d’Hugo, 20 ans, une gueule d’ange et une âme de poète torturé. Le jeune homme lui confie un carnet contenant sa prose. Première étape d’une entreprise de charme vénéneuse qui va bousculer son mariage usé par le temps. Comment une femme peut-elle succomber à l’emprise si rapidement ? C’est la question centrale de ce téléfilm. Elle aurait gagné à un traitement moins sage. Et à un épaississement de la psychologie des protagonistes de ce drame. Malgré cela, Zabou Breitman parvient à insuffler une belle humanité à cet être à la dérive, soutenue par un ensemble de comédiens très justes, aussi.

Sur OCS Choc dès 06h50 : Le diable au coeur

De 08h30 à 10h15 Debout sur la montagne

Rediffusion Film : comédie dramatique 1h45 Tout public

Stan, Hugo et Bérénice sont amis depuis l'enfance. Ils se retrouvent à l'occasion de l'enterrement du frère d'Hugo dans le village où ils ont grandi. Ce temps retrouvé dans leur village natal, loin du tumulte de la ville et du train-train quotidien, est l'occasion de prendre recul et de se remettre en question pour définir ce qui les rend vraiment heureux. Ils comprennent qu'il n'est jamais aisé de quitter l'endroit où tout a commencé et où tout est encore possible... - Critique : C’est l’enterrement de Pierre, qui avait un grave problème au cœur. Pour conclure sa bénédiction, le curé (inénarrable André Wilms) de ce petit village perché lance un… morceau de rap. De quoi faire sourire Hugo, le frère de Pierre, mais aussi Bérénice et Stan, ses amis revenus au village pour le soutenir dans cette épreuve. Ces trois-là ne se sont pas revus depuis quatorze ans, pourtant ils s’étaient juré de rester inséparables. Une cohabitation dans un chalet douillet plein de souvenirs va les aider à redécouvrir à quel point l’amitié peut sauver, surtout quand elle a été scellée dans la magie de l’enfance. Bienvenue dans le petit monde à part, toujours fugueur et oxygénant, de Sébastien Betbeder et dans son meilleur film à ce jour, alliage de fantaisie, de gravité et de virages fantastiques… Pour interpréter ceux qui restent, déchirés entre le refus d’oublier et la nécessité de se débarrasser des fantômes, Sébastien Betbeder a trouvé un trio d’acteurs à la grâce intemporelle. Bastien Bouillon fait de la gêne un joli philtre d’amour. William Lebghil confirme qu’il peut émouvoir par son seul air éberlué. Entre eux deux s’impose Izïa Higelin, avec son corps volcanique et sa voix de roc friable, comme dans cette séquence superbe où elle confesse son rapport de dépendance aux hommes. Mais, comme tous les autres personnages du film, elle trouvera une place pour ne plus avoir peur du vide.

Sur OCS Choc dès 08h30 : Debout sur la montagne

De 10h15 à 12h20 Tunnel

Film catastrophe 2h5 -10

Au volant de sa voiture, Lee Jung-soo est pressé de rentrer chez lui pour fêter l'anniversaire de sa fille. Alors qu'il passe sous un tunnel, celui-ci s'effrondre sur lui. Il s'en sort mais se retrouve coincé sous les gravats. Il parvient à appeler les autorités. Les secouristes font se qu'ils peuvent pour le sortir de là, en vain. Le gouvernement s'en mêle et veut accélérer l'opération de sauvetage. Celle-ci devient de plus en plus coûteuse au fil du temps. Certains envisagent d'arrêter les frais, arguant que Lee Jung-soo est peut-être déjà mort. Se-Hyun, la femme de celui-ci, refuse que l'on abandonne son mari à son sort... - Critique : Se servir du film de genre pour critiquer la société, telle semble être la spécialité des cinéastes coréens (du Sud), du célébré Bong Joon-ho (The Host ; Snowpiercer. Le Transperceneige) au plus discret Kim Seong-hoon. Après une comédie policière pluvieuse qui dissimulait une violente charge contre les flics corrompus (Hard Day), celui-ci revient avec un film catastrophe qui en dit long sur la déliquescence des institutions du pays — l'ex-présidente est désormais derrière les barreaux. Prisonnier d'un tunnel autoroutier mal conçu et mal construit, le héros, un honnête père de famille, ne peut qu'assister, impuissant, à l'incompétence des compatriotes qui tentent de lui venir en aide ou, pis, cherchent à tirer profit de l'accident. Secouristes, politiques, entreprises de travaux publics, presse : tout le monde en prend pour son grade dans ce réjouissant jeu de massacre déguisé en film à grand spectacle. — Jérémie Couston

Sur OCS Choc dès 10h15 : Tunnel

De 12h20 à 14h00 Espèces menacées

Rediffusion Film d'action 1h40 -10

Jack Halsey a perdu son travail lucratif dans le secteur pétrolier. Alors qu'il ne leur a pas encore annoncé la mauvaise nouvelle, il emmène sa femme Lauren, ses enfants Noah et Zoe, ainsi que Billy, le petit ami de sa fille, au Kenya pour des vacances pleines d'aventure. Sur place, cette riche famille américaine part pour un safari à bord d'un van. Dans ce parc sauvage, ils décident de s'éloigner du chemin balisé. Leur véhicule est alors attaqué et retourné par un rhinocéros cherchant à protéger son bébé. Jack se blesse à la jambe lors de cet assaut. Au milieu de nombreux prédateurs, ils doivent maintenant organiser leur survie...

Sur OCS Choc dès 12h20 : Espèces menacées

De 14h00 à 16h30 Les infiltrés

Film policier 2h30 -12

Dans les quartiers de la police de Boston, deux recrues passent leurs derniers tests d'aptitude avant d'être officiellement intégrées aux forces de police de la ville. Colin Sullivan, protégé depuis sa jeunesse par Frank Costello, le caïd des quartiers Sud, intégre l'unité des enquêtes spéciales, sous les ordres d'Ellerby. Sullivan est l'informateur de Costello. Billy Costigan, autre brillante recrue, est repéré par le capitaine Queenan, qui décide d'en faire un agent infiltré au sein de la bande de Costello. Ainsi, tandis que Sullivan permet à Costello d'éviter les filets de la police, Costigan tente peu à peu de gagner la confiance du gangster... - Critique : Que Martin Scorsese se soit inspiré du film hongkongais Infernal Affairs n’a aucune importance, tant il a imprégné l’intrigue de son style à lui, ce mélange d’hystérie spectaculaire et de moralisme plus ou moins secret. Colin et Billy ne sont pas des frères de sang, mais ils sont jumeaux dans l’âme. Les deux postulent pour entrer dans la police de Boston. Mais si Colin est accueilli avec respect au sein des Enquêtes spéciales, Billy est humilié par ses chefs, qui ne l’engagent que pour qu’il joue l’infiltré auprès de Frank Costello, parrain vieillissant de la pègre irlandaise. Dans des scènes courtes, ardentes, selon une adéquation parfaite entre violence et dialogues, Scorsese filme la peur. Celle qui étreint ces êtres sans foi ni loi, se traquant les uns les autres. Il déploie un univers où l’ordre social ne repose que sur des simulacres et où les fils ne pensent qu’à tuer des pères qui les auront mis au monde pour les berner et les trahir.

Sur OCS Choc dès 14h00 : Les infiltrés

De 16h30 à 19h30 Berlin Alexanderplatz

Rediffusion Film : drame 3h -12

Francis, 30 ans, arrive à Berlin après un long périple depuis sa Guinée-Bissau natale. Il a traversé la Méditerranée sur un bateau, essuyant un naufrage dont il était le seul survivant. Maintenant il tente de survivre dans la capitale allemande, où gagner sa vie honnêtement sans avoir de papiers est très difficile. Employé sur un chantier de construction, Francis croise un jour Reinhold, un trafiquant de drogue. Lentement, Francis se retrouve happé dans le monde de la nuit et commence à fréquenter la pègre berlinoise. - Critique : Rainer Werner Fassbinder avait adapté le roman monumental d’Alfred Döblin à travers une série télé mémorable en 1980. Cinéaste germano-afghan, Burhan Qurbani a transposé l’action du livre dans le Berlin d’aujourd’hui. Il retrace le parcours mouvementé d’un migrant venu de Guinée-Bissau, qui s’est juré d’être honnête après avoir échappé à la mort lors de sa traversée de l’océan. La communauté des réfugiés d’Afrique de l’Ouest, les trafics de sentiments et de drogue, le monde de la nuit, la galère et le possible salut, tout cela est décrit de manière trop souvent caricaturale, à coups d’effets tapageurs. Cette fresque tumultueuse se veut un réquisitoire contre le racisme, mais cède bien trop aux clichés pour convaincre.

Sur OCS Choc dès 16h30 : Berlin Alexanderplatz

De 19h30 à 21h00 Filles de joie

Rediffusion Film : drame 1h30 -12

Lors d'un été caniculaire, entre le nord de la France et la Belgique. Axelle, Conso et Dominique n'ont rien en commun sinon qu'elles sont collègues et que, tous les jours, elles traversent ensemble la frontière. Pour vivre dignement d'un côté à Roubaix, elles se prostituent en Belgique, sous le nom de Athéna, Circé et Héra. L'une se bat pour conserver la garde de son fils, une autre voudrait avancer dans la vie et trouver un vrai travail. Quand il lui arrive malheur, l'une d'elles peut continuer sur la solidarité des deux autres... - Critique : Trois amies d’une cité vont travailler en Belgique dans une maison close. Difficile de faire plus glauque et misérabiliste, avec des éléments fictionnels outranciers plaqués sur une réalité sociologique douloureuse.

Sur OCS Choc dès 19h30 : Filles de joie

De 21h00 à 22h50 L'accusé

Film : thriller 1h50 -10

Adrian, riche et célèbre homme d'affaires, est accusé du meurtre de Laura, sa maîtresse. Le corps de cette dernière a été retrouvé dans la salle de bain d'une chambre d'hôtel de montagne. Conseillé par son ami Félix, Adrian fait appel à Virginia Goodman, une avocate renommée. Peu convaincue par le récit de la dernière nuit d'Adrian avec sa maîtresse, Virginia lui demande de revenir sur toute son histoire avec Laura...

Sur OCS Choc dès 21h00 : L'accusé

De 22h50 à 01h30 Zodiac

Rediffusion Film : thriller 2h40 -12

Depuis 1966, la ville de San Francisco est sous la menace constante d'un tueur en série qui se fait appeler "le zodiaque". L'homme, insaisissable, laisse des messages cryptés aux journaux de la région. Robert Graysmith, illustrateur dans l'un de ces journaux, semble avoir décodé les messages... - Critique : Pour raconter comment, à la fin des années 1970, un flic de San Francisco et un journaliste ont pisté un tueur en série, le Zodiac, Fincher tourne le dos aux architectures narratives complexes qui jusque-là étaient sa signature. À la manière d’un rapport de police que l’on compulserait page après page, il collecte des faits, rien que des faits, et les met bout à bout. Des meurtres, d’abord — filmés avec une sécheresse terrifiante —, et d’éventuels survivants. Et puis la longue et tortueuse enquête pour déchiffrer les indices que laisse volontairement l’assassin : conjectures, interrogatoires, perquisitions. Pas une séquence sans repères, lieu, date et heure. La dramatisation naît de l’accumulation. David Fincher s’appuie aussi sur la puissance évocatrice du cinéma hollywoodien, sur le sens de la composition des acteurs américains, sur une mise en scène fluide, jamais tape-à-l’œil, qui transforme l’épais dossier en objet de cinéma. Même éclaté, émietté, le récit finit par prendre corps. La structure est toujours plus forte que le chaos de la vie, semble dire le cinéaste…

Sur OCS Choc dès 22h50 : Zodiac