En direct sur Canal+ le mercredi 4 août 2021

10h52 Antoinette dans les Cévennes

Rediffusion Film : comédie sentimentale 1h33 Tout public

Des mois qu’Antoinette attend l’été et la promesse d’une semaine en amoureux avec son amant, Vladimir. Alors quand celui-ci annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille, Antoinette ne réfléchit pas longtemps : elle part sur ses traces ! Mais à son arrivée, point de Vladimir - seulement Patrick, un âne récalcitrant qui va l'accompagner dans son singulier périple… - Critique : Avant de nous embarquer dans sa « comédie sentimentale avec un âne » sur des sentiers de randonnée, la réalisatrice prend soin de nous lancer sur une « fausse » piste : le désespoir de la maîtresse délaissée par l’homme marié. Maîtresse dans tous les sens du terme, puisque Antoinette est institutrice et que son amant n’est autre que le père d’une élève… Au lieu de passer comme promis les vacances dans ses bras, celui-ci doit partir en famille sur le « chemin de Stevenson » : 200 kilomètres que l’auteur de L’Île au trésor raconta dans Voyage avec un âne dans les Cévennes (1879). L’amoureuse décide de le suivre en cachette… Sur place, entre Patrick (ladite bourrique) et le petit peuple des randonneurs, Antoinette voit son horizon s’élargir. Dans ce décor de grands espaces et de ciels d’été, la perspective d’un triste marivaudage itinérant s’évanouit au profit d’un périple initiatique sur les voies rocailleuses de l’introspection. Au fil du chemin, la fille esseulée s’émancipe tout en assumant son cœur d’artichaut. Caroline Vignal manie avec brio l’art du contre-pied, réussissant un film drôle et plein de charme, toujours surprenant. Pour son premier rôle principal, qui lui a valu le César de la meilleure actrice, Laure Calamy déploie enfin l’étendue de son registre. Aussi à l’aise dans le burlesque que dans les situations sur le fil, elle impressionne sans jamais cesser de nous toucher. Une héroïne de proximité.

Antoinette dans les Cévennes
53min

À suivre, dès 12h25 : Cher journal