Ciné+ Émotion : Programme TV de la chaîne Ciné+ Émotion

En ce moment sur Ciné+ Émotion :

20h50 Hitch, expert en séduction

Rediffusion Film : comédie sentimentale 1h55 Tout public
Hitch, expert en séduction

A New York, Hitch exerce une profession originale. Il conseille les hommes timides afin qu'ils puissent conquérir la femme de leur vie. Son client du jour est Albert, un comptable un peu trop gros, mal habillé, qui est tombé amoureux de la splendide Allegra Cole, une héritière riche et célèbre. Hitch va tout mettre en oeuvre pour qu'Albert puisse rencontrer la belle Allegra, qui ne soupçonne même pas sa présence. Dans l'entourage de la milliardaire, Hitch remarque Sara Melas, une journaliste "people" qui cherche à écrire un article sur Allegra. Il tombe immédiatement sous son charme, mais Sara ne se laisse pas facilement séduire...

27min

À suivre, dès 22h45 : Une rencontre (Rediffusion)

Ce soir sur Ciné+ Émotion :

20h50 Hitch, expert en séduction

Rediffusion Film : comédie sentimentale 1h55 Tout public

A New York, Hitch exerce une profession originale. Il conseille les hommes timides afin qu'ils puissent conquérir la femme de leur vie. Son client du jour est Albert, un comptable un peu trop gros, mal habillé, qui est tombé amoureux de la splendide Allegra Cole, une héritière riche et célèbre. Hitch va tout mettre en oeuvre pour qu'Albert puisse rencontrer la belle Allegra, qui ne soupçonne même pas sa présence. Dans l'entourage de la milliardaire, Hitch remarque Sara Melas, une journaliste "people" qui cherche à écrire un article sur Allegra. Il tombe immédiatement sous son charme, mais Sara ne se laisse pas facilement séduire...

« Hitch, expert en séduction » sur Ciné+ Émotion

22h45 Une rencontre

Rediffusion Film : comédie sentimentale 1h19 Tout public

Elsa et Pierre se rencontrent lors d'une soirée. L'attirance est immédiate et réciproque. Mais Pierre est marié et père de famille. Il est amoureux de sa femme, et ne l'a jamais trompée en quinze ans de mariage. Quant à Elsa, elle se reconstruit après son divorce, est épanouie dans son métier d'écrivain et se refuse à toute relation avec un homme marié. Mais quinze jours après la soirée, ils se croisent à nouveau. Ils s'avouent alors leur attirance, mais décident de se séparer sans se laisser leurs numéros de téléphone, préférant laisser le hasard faire les choses. Une histoire sera-t-elle possible ?... - Critique : | Genre : Les malheurs de Sophie Sophie Marceau n'a pas de chance. Elle accepte un rôle qu'elle croit joli dans une comédie romantique. Las, elle est dirigée par Lisa Azuelos, réalisatrice de LOL, pour qui la mise en scène reste une énigme insondable. Forcément, tout vire au désastre... Quand l'héroïne s'en va au cinéma voir un classique français, elle tombe sur Bethsabée, l'un des pires navets de l'après-guerre, le seul mauvais rôle de Danielle Darrieux. Et quand, dans une soirée littéraire, elle croit s'éprendre de George Clooney, elle rencontre François Cluzet, tout sourires charmeurs, qui tente de lui ressembler...Courageusement, Sophie Marceau fait face. Elle a un peu de mal, évidemment, avec la lourdeur du marivaudage (faut-il coucher avec l'homme marié qu'on désire ?), avec la « dimension quantique de l'amour » (sic) que prône la réalisatrice, sans oublier quelques dialogues insipides (« Je ne sais pas ce qui me fait le plus peur : te revoir ou ne te revoir jamais »). Mais elle y va, elle fonce, elle se défonce. C'est une star, Sophie Marceau, une de celles qu'on va voir quoi qu'elle tourne, comme, jadis, ­Gabin, Bardot ou Delon. Dans ce film qui existe à peine, elle est belle, radieuse, épanouie : on aime la voir bouger, courir, pleurer et rire. On se dit que, dans un bon film, elle pourrait être géniale. — Pierre Murat

« Une rencontre » sur Ciné+ Émotion

Programme Ciné+ Émotion de la journée d'aujourd'hui

Mercredi 17 Août 2022

De 08h14 à 08h23 Par ici les sorties

Magazine du cinéma 9mn Tout public

Au cinéma, au théâtre, dans les salles de concert, au musée,...que faut-il absolument voir? Que peut-on voir? Que faut-il éviter? Un magazine qui décrypte les sorties et les nouveautés culturelles.

Sur Cine Plus Emotion dès 08h14 : Par ici les sorties

De 08h23 à 08h30 En coulisses Ciné+ : Un coeur en abîmes (2ème semestre 2022)

Rediffusion Magazine du cinéma 7mn Tout public

Karim Leklou, Leïla Bekhti et Louise Bourgoin seront réunis dans "Un coeur en abîme", réalisé par Guillaume Bureau.

Sur Cine Plus Emotion dès 08h23 : En coulisses Ciné+

De 08h30 à 09h56 Le retour du héros

Rediffusion Film : comédie 1h26 Tout public

Dans la France de 1809 de Napoléon Ier, Neuville a réussi à séduire l'ingénue et jeune Pauline. L'officier, qui doit aller combattre les Autrichiens, promet de lui écrire, mais ne tient évidemment pas ses promesses. Plutôt que de voir le coeur de sa soeur cadette se briser, la fine et intelligente Elisabeth rédige des missives qu'elle signe Neuville. Dans cette fausse relation épistolaire, la jeune femme présente le capitaine en héros et le fait mourir sur le champ de bataille. Son plan s'effondre quand Neuville réapparaît soudainement trois ans plus tard. Elisabeth, qui ne peut révéler la vérité, assiste effarée au spectacle de Neuville racontant ses "exploits"... - Critique : Élisabeth est certaine que le fiancé de sa sœur, le capitaine Neuville, ne tiendra pas ses engagements ni sa promesse d’écrire à la jeune fille alors qu’il part à la guerre. Elle s’improvise donc Cyrano, écrit à la place du soldat, y prend goût, puis fait mourir sa créature épistolaire. Mais le capitaine revient. Commence, alors, un duel à fleurets mouchetés entre le lâche héros d’opérette et la femme de tête. On pensait la recette perdue, et voilà que Laurent Tirard invite à un piquant marivaudage en costumes, qui évoque les grandes heures du cinéma français. D’un côté, un homme dans toute sa fausse splendeur, couard et prétentieux jusqu’au grotesque, de l’autre, une femme bien plus moderne que ses dentelles d’époque. Ils cavalent de jardins en salons, dans une joute incessante de dialogues mordants, écrits avec une précision devenue rarissime dans les comédies actuelles. Dujardin, plus Gassman que Belmondo, bombe le torse et fait le coq. Mélanie Laurent, aussi charmante qu’incisive, soupire d’agacement devant l’imposture qu’elle a contribué à créer, rit sous cape, s’attendrit, puis se reprend. Et, finalement, cette comédie pas si romantique suggère que rien ne vaut un bon partenariat en affaires.

Sur Cine Plus Emotion dès 08h30 : Le retour du héros

De 09h56 à 09h59 En Salle : Les vieux fourneaux 2

Magazine d'information 3mn Tout public

Magazine d'information.

Sur Cine Plus Emotion dès 09h56 : En Salle

De 09h59 à 11h32 Les beaux jours

Rediffusion Film : comédie dramatique 1h33 Tout public

Caroline, une dentiste, prend sa retraite. Craignant de la voir s'ennuyer, ses enfants lui offrent un abonnement au club "Les Beaux Jours", où des personnes de son âge assistent ensemble à des cours et des ateliers. D'abord dubitative, Caroline finit par s'y rendre avec plaisir, et y fait une belle rencontre. Elle sympathise en effet avec Julien, qui lui donne des cours d'informatique. Le jeune homme devient bientôt son amant. A ses côtés, elle retrouve une joie de vivre toute spontanée. Mais Caroline aime toujours son mari, Philippe. Celui-ci ne tarde pas à découvrir que sa femme a une liaison avec un homme plus jeune. Devra-t-elle faire un choix ?... - Critique : Caroline, dentiste d’une soixantaine d’années, rencontre dans un club de retraités un formateur beaucoup plus jeune qu’elle. Ils deviennent amants… Voilà une comédie sentimentale proche de la fable. Réaliste, mais pas encombrée d’explications psychologiques. L’emballement de Caroline et de Julien n’est pas la conséquence d’un manque — la sexagénaire a un mari qu’elle aime. Les épisodes s’enchaînent sans heurt ni fausse note. Dans leurs regards, leurs gestes, leur manière de plaisanter ensemble, les deux comédiens font très bien ressentir le désir et la complicité amoureuse. Fanny Ardant se montre affriolante et émouvante, sans perdre de sa malice. L’amour donne ici des ailes en modifiant la perception du temps qu’il reste… Marion Vernoux filme cette histoire dans un présent si proche de l’insouciance que Caroline veille à peine à dissimuler son infidélité. Lorsque son mari l’apprend, le film passe à un registre plus douloureux, mais sans s’appesantir. C’est un autre atout que de faire du cocu un personnage qui compte. Patrick Chesnais est royal, toujours digne quoique malheureux, séduisant malgré lui.

Sur Cine Plus Emotion dès 09h59 : Les beaux jours

De 11h32 à 13h30 Captain Fantastic

Rediffusion Film : comédie dramatique 1h58 Tout public

Dans une forêt du nord-ouest des Etats-Unis, Ben vit en autarcie avec ses six enfants déscolarisés. Ce père excentrique est entièrement dévoué à leur éducation, qu'il veut humaniste et en rupture avec les valeurs capitalistes et consuméristes. Dans son oasis autosuffisante, il les entraîne à chasser, les pousse à dépasser leurs limites physiques et leur fait l'école. Mais, lorsque l'épouse de Ben, hospitalisée pour bipolarité, se suicide, le clan décide, contre l'avis des parents de la défunte, qui jugent leur beau-fils responsable de la maladie de leur fille, d'assister à son enterrement à l'autre bout du pays. A cette occasion, la fratrie va se confronter pour la première fois au monde extérieur... - Critique : Vivre en pleine nature, avec des livres, un potager, une canne à pêche… C’est l’utopie imposée par Ben à ses six enfants. Au programme de cette éducation mi-hippie, mi-altermondialiste, en autarcie dans une forêt du nord-ouest des États-Unis : chasse au daim à l’arc, escalade, yoga, cours d’espéranto… Dans cette communauté où la religion n’a pas sa place, on ne fête pas Noël mais le « Noam Chomsky Day », en référence au célèbre linguiste et philosophe. La tête et le corps façonnés par ce père autoritaire, la progéniture semble ne manquer de rien sinon de l’amour de leur mère, hospitalisée pour bipolarité. Sa disparition coïncidera avec le désir d’émancipation de l’aîné, qui se verrait bien courir le guilledou et entrer à Harvard. Après une première partie euphorisante, sur la symbiose avec la nature, les joies et les limites d’un système éducatif en vase clos, le film et ses néo-Robinsons entament une mini-révolution, au risque de la déconvenue. À bord d’un vieux bus, la famille Cash se confronte au monde extérieur. À commencer par les parents de la défunte, caricatures un peu grossières du capitalisme triomphant : ils n’ont jamais compris le virage écolo-libertaire de leur fille… Incarné par un Viggo Mortensen en grande forme, Ben est-il le superhéros que le titre suggère ? Fantastique ou fantasque ? En tout cas un père idéaliste qui se bat pour ses convictions et pour que ses enfants vivent dans un monde authentique. De quoi forcer le respect.

Sur Cine Plus Emotion dès 11h32 : Captain Fantastic

De 13h30 à 15h29 De l'eau pour les éléphants

Rediffusion Film : mélodrame 1h59 Tout public

Le directeur d'un cirque écoute les confidences d'un vieil homme, Jacob Jankowski. En 1931, il est jeune et séduisant, et quasiment vétérinaire. Il a presque réussi ses examens quand ses parents meurent brutalement. Désorienté, Jacob monte dans le premier train qu'il croise. Il s'agit du convoi d'un cirque, celui de l'étrange August, inquiétant personnage dont le regard folâtre couve de jalousie sa femme, la blonde et ravissante Marlène. August embauche Jacob, qui ne tarde pas à s'éprendre de la belle. Le jeune homme découvre également comment son patron résout le problème du sur-emploi en cette période de crise... - Critique : | Genre : sépia. Place au cirque : sur la piste, Reese Witherspoon joue les cornacs de charme à dos d'éléphant. Christoph Waltz, SS polyglotte chez Tarantino, est un M. Loyal trouble et tyrannique. Et, dans son habituel numéro de jeune premier inexpressif, Robert « Twilight » Pattinson vient semer la zizanie entre les deux. La romance à grand spectacle plante son chapiteau dans les années 1930 : mièvrerie sépia et voltige sen­timentale calibrée. Quelques morceaux de bravoure (merci, Christoph Waltz) ne suffisent pas à dépasser l'académisme. — Cécile Mury

Sur Cine Plus Emotion dès 13h30 : De l'eau pour les éléphants

De 15h29 à 17h08 Gloria Bell

Rediffusion Film : comédie dramatique 1h39 Tout public

A 58 ans, mère de deux enfants et divorcée depuis 12 ans, Gloria est toujours partante pour une nouvelle activité et supporte bien son célibat. Elle passe beaucoup de temps dans les clubs pour célibataires de Los Angeles, dans l'espoir d'une brève rencontre. Un soir, elle croise la route d'Arnold, un marine perturbé par son récent divorce. Commence alors une relation plus longue qu'à l'accoutumée. Gloria présente Arnold à sa famille, son ex-mari remarié et son fils qui a des problèmes de couple , mais la soirée se passe mal. Arnold se sent rejeté et ne comprend pas pourquoi Gloria l'a laissé de côté. Gloria refuse la confrontation et préfère fuir... - Critique : En sept films tournés sur une douzaine d’années, le Chilien Sebastián Lelio s’est construit une famille et nous a présenté ses membres dysfonctionnels : un jeune bourgeois et sa copine libertaire (La Sagrada Familia, 2007), des ados blessés (Navidad, 2009), une divorcée quinqua (Gloria, 2013), une transgenre (Une femme fantastique, 2017), ou encore une fille reniée par son père rabbin (Désobéissance, 2018)… Une grande famille recomposée avec surtout des femmes, toujours entre deux mondes, deux sexes, deux âges, deux amants. Et tiraillées par des amours impossibles ou contrariées. Dans son dernier film, le réalisateur retrouve la femme divorcée qu’il avait filmée il y a six ans, Gloria, et lui donne un nom de famille, Bell (en anglais, l’expression « to ring a bell » signifie « rappeler quelque chose »…). C’est Julianne Moore qui a proposé à Sebastián Lelio de reprendre le rôle, pour un « auto-­remake » très fidèle, si ce n’est la transposition de Santiago à Los Angeles. Gloria est toujours la même femme qui n’a pas renoncé à s’amuser et à danser malgré son âge et le regard des autres. Et, surtout, malgré les autres qui ne la regardent plus. Son fils l’évite, sa fille part en Suède, et son nouvel amant n’arrive pas à lâcher son passé (John Turturro parfait en lâche torturé). Gloria est seule. La tendresse que Sebastián Lelio porte à ce personnage émouvant, mais jamais pathétique, est évidente : il la filme au plus près, ne la quitte pas des yeux, lui. Il ne détourne pas sa caméra quand elle s’allonge ­entièrement nue sur son lit ou quand elle couche avec son amant. On a rarement vu des scènes d’amour entre quinquas aussi franches et sensuelles. Cela fait plusieurs années que Julianne Moore assume son âge dans ses films (en 2014, elle était une actrice vieillissante dans Maps to the stars, de David Cronenberg). Le rôle de Gloria Bell l’amène encore plus loin : son personnage va apprendre à s’accepter, comme elle finit par tolérer ce chat imberbe, à la peau plissée, qui s’infiltre toujours chez elle et qui la dégoûte — « on dirait une momie », dit-elle. Sebastián Lelio suggère le tragique de la vie de Gloria et des personnages qui l’entourent par des scènes apparemment anodines, des arrière-plans qui pourraient passer inaperçus. C’est à un fugace geste d’agacement de son fils qu’on comprend qu’il ne la supporte plus, c’est en apercevant la famille de son amant qu’on saisit le désarroi de sa situation… Et c’est la bande-son qui souligne l’évolution chaotique de son héroïne, d’une chanson désespérée à une autre où l’espoir pointe. Pour la laisser, à la fin, sur une piste de danse, seule mais déchaînée au son tonitruant de Gloria (version disco). A nouveau débarrassée de son nom de famille. ­Enfin émancipée.

Sur Cine Plus Emotion dès 15h29 : Gloria Bell

De 17h08 à 19h07 Ma vie avec John F. Donovan

Rediffusion Film : drame 1h59 Tout public

Des années après la mort de John F. Donovan, une vedette de la télévision américaine, Rupert Turner, un jeune acteur, raconte son amitié épistolaire avec la star quand il était enfant à Londres. Le petit garçon d'alors ne trouvait pas sa place dans ce monde et a donc commencé à écrire à son idole à qui tout semblait réussir. Sa mère finit par découvrir la vérité et ne peut accepter cette amitié qu'elle juge malsaine. De son côté, Donovan ne s'est pas permis pas de vivre sa vie privée comme il le désirait, de peur de nuire à sa carrière. Il vivait également une relation compliquée avec sa mère alcoolique, kitsch, frustrée et émotive... - Critique : C’est une histoire qui se déroule dans les années 2000 en Amérique, mais elle nous est racontée depuis l’Europe douze ans plus tard, en commençant par la fin, la mort de John F. Donovan. Flash-back en série, narration à l’imparfait, voix off et tragédie en marche : Xavier Dolan le Québécois déploie, cette fois, un romanesque à l’américaine pour cette trajectoire funeste sous les feux du showbiz. John était une jeune vedette en passe de jouer un superhéros pour le grand écran, avant sa disgrâce… Le film parle de la célébrité, de ses pièges et de ses effets ­secondaires, mais aussi, et c’est plus rare, du contrechamp qu’est l’adoration des spectateurs. L’autre héros est ainsi un enfant (­Jacob Tremblay) ayant écrit, d’Angleterre, une lettre à ­Donovan et déclenché une correspondance régulière entre eux, pendant plusieurs années. C’est lui le narrateur du film, devenu adulte et comédien à son tour. Il n’a jamais rencontré son idole défunte, mais il sait tout de sa vie, notamment qu’il cachait son homosexualité pour mener sa carrière. De cette construction en deux époques et sur deux continents, Xavier Dolan tire plusieurs morceaux de bravoure, comme ce ­rebondissement : la correspondance révélée entre Donovan et son fan enfant fait scandale aux États-Unis, de sorte que l’acteur vedette doit la nier à la télévision, et provoque ainsi le désespoir de son petit correspondant. Soudain, une affaire médiatique retentissante pèse moins lourd que le chagrin d’un enfant, de l’autre côté de l’océan…

Sur Cine Plus Emotion dès 17h08 : Ma vie avec John F. Donovan

De 19h07 à 20h46 Tesla

Rediffusion Film : biographie 1h39 Tout public

A la fin du XIXe siècle, le parcours de l'inventeur Nikola Tesla, et notamment ses relations parfois houleuses avec son confrère et concurrent Thomas Edison. - Critique : Comment réaliser une fiction sur l’un des scientifiques les plus remarquables et singuliers de l’histoire moderne ? À l’origine, à la fin du XIXe siècle, du développement du courant alternatif, Nikola Tesla déposa plus de trois cents brevets qui en firent un découvreur exceptionnel. Mais ses travaux sur l’énergie électrique ne lui valurent pas la reconnaissance qui aurait dû être la sienne et il mourut sans le sou, ses airs de savant fou, moins asocial qu’inadapté, n’arrangeant rien à une époque où le faire-savoir commençait à l’emporter sur le génie et la créativité. Si ces éléments offraient plusieurs clés d’entrée dans l’univers de Tesla, aucune de celles empruntées par Michael Almereyda ne convainc. Proposant davantage un docu-fiction qu’un film, avec des moyens qui s’en ressentent, le réalisateur place ses comédiens devant des transparences de toiles peintes ou de gravures. Usant d’une narration en voix off des plus étranges qui fait lire des données collectées sur Google par l’un de ses personnages en costume, il reconstitue des scènes d’altercations entre Tesla et son rival Thomas Edison pour nous dire, l’instant d’après, qu’elles n’ont pas existé. Surjouant le bouillonnement d’un monde intérieur aussi riche qu’impénétrable, Ethan Hawke ne parvient pas à sauver cette entreprise qui se veut originale mais n’est que poussiéreuse. Mieux vaut lire la biographie de Tesla en se servant d’un bon moteur de recherche.

Sur Cine Plus Emotion dès 19h07 : Tesla

De 20h46 à 20h50 En Salle : Les vieux fourneaux 2

Rediffusion Magazine d'information 4mn Tout public

Magazine d'information.

Sur Cine Plus Emotion dès 20h46 : En Salle

De 20h50 à 22h45 Hitch, expert en séduction

Rediffusion Film : comédie sentimentale 1h55 Tout public

A New York, Hitch exerce une profession originale. Il conseille les hommes timides afin qu'ils puissent conquérir la femme de leur vie. Son client du jour est Albert, un comptable un peu trop gros, mal habillé, qui est tombé amoureux de la splendide Allegra Cole, une héritière riche et célèbre. Hitch va tout mettre en oeuvre pour qu'Albert puisse rencontrer la belle Allegra, qui ne soupçonne même pas sa présence. Dans l'entourage de la milliardaire, Hitch remarque Sara Melas, une journaliste "people" qui cherche à écrire un article sur Allegra. Il tombe immédiatement sous son charme, mais Sara ne se laisse pas facilement séduire...

Sur Cine Plus Emotion dès 20h50 : Hitch, expert en séduction

De 22h45 à 00h04 Une rencontre

Rediffusion Film : comédie sentimentale 1h19 Tout public

Elsa et Pierre se rencontrent lors d'une soirée. L'attirance est immédiate et réciproque. Mais Pierre est marié et père de famille. Il est amoureux de sa femme, et ne l'a jamais trompée en quinze ans de mariage. Quant à Elsa, elle se reconstruit après son divorce, est épanouie dans son métier d'écrivain et se refuse à toute relation avec un homme marié. Mais quinze jours après la soirée, ils se croisent à nouveau. Ils s'avouent alors leur attirance, mais décident de se séparer sans se laisser leurs numéros de téléphone, préférant laisser le hasard faire les choses. Une histoire sera-t-elle possible ?... - Critique : | Genre : Les malheurs de Sophie Sophie Marceau n'a pas de chance. Elle accepte un rôle qu'elle croit joli dans une comédie romantique. Las, elle est dirigée par Lisa Azuelos, réalisatrice de LOL, pour qui la mise en scène reste une énigme insondable. Forcément, tout vire au désastre... Quand l'héroïne s'en va au cinéma voir un classique français, elle tombe sur Bethsabée, l'un des pires navets de l'après-guerre, le seul mauvais rôle de Danielle Darrieux. Et quand, dans une soirée littéraire, elle croit s'éprendre de George Clooney, elle rencontre François Cluzet, tout sourires charmeurs, qui tente de lui ressembler...Courageusement, Sophie Marceau fait face. Elle a un peu de mal, évidemment, avec la lourdeur du marivaudage (faut-il coucher avec l'homme marié qu'on désire ?), avec la « dimension quantique de l'amour » (sic) que prône la réalisatrice, sans oublier quelques dialogues insipides (« Je ne sais pas ce qui me fait le plus peur : te revoir ou ne te revoir jamais »). Mais elle y va, elle fonce, elle se défonce. C'est une star, Sophie Marceau, une de celles qu'on va voir quoi qu'elle tourne, comme, jadis, ­Gabin, Bardot ou Delon. Dans ce film qui existe à peine, elle est belle, radieuse, épanouie : on aime la voir bouger, courir, pleurer et rire. On se dit que, dans un bon film, elle pourrait être géniale. — Pierre Murat

Sur Cine Plus Emotion dès 22h45 : Une rencontre