BE 1 : Programme TV de la chaîne BE 1

En ce moment sur BE 1 :

11h45 Madeleine Collins

Rediffusion Film : drame 1h45 Tout public
Madeleine Collins

Judith mène une vie pleine de secrets entre Melvil, chef d'orchestre, et leurs deux enfants en France, et Abdel, avec lequel elle élève une petite fille en Suisse. Grâce à son métier d'interprète, elle prétexte des voyages professionnels afin de s'échapper de l'un ou de l'autre. Avec Melvin, c'est une femme dévouée, les cheveux attachés, qui s'occupe des deux garçons plus âgés. Lorsqu'elle part en Suisse, elle se transforme en une toute autre personne, les cheveux détachés, bien plus active et vivante, prenant soin de la petite Ninon. Mais, avec le temps qui passe, ses mensonges deviennent de plus en plus difficiles à dissimuler... - Critique : Être quelqu’un d’autre, qui n’en a jamais rêvé ? Judith y parvient : elle a une double vie. Traductrice de haut vol, elle vit à Paris, en compagnie d’un chef d’orchestre réputé et de leurs deux garçons. Mais, auprès de son mari, lui-même fort occupé, elle prétexte des conférences un peu partout en Europe pour rejoindre, à Genève, un autre homme, Abdel, et une fillette. Cette deuxième vie est plus instable. Abdel, qui sait tout, semble lui reprocher son attitude et son attachement trop grand à la fillette. On est d’abord intrigué, car certaines pièces du puzzle manquent. À mesure qu’elles se placent, on comprend que cette double vie cache une part de folie. C’est un pari lui-même un peu fou mais réussi que le réalisateur Antoine Barraud (Les Gouffres, Le Dos rouge) entreprend avec ce thriller fondé sur une escalade haletante, où l’héroïne se trouve en mouvement permanent. On la voit composer avec talent, escamoter finement. On la voit aussi s’agripper à un fil de plus en plus fragile. Pour cette fuite en avant, il fallait une actrice qui sache se montrer séduisante, perverse, inquiétante et suffisamment attachante pour que le spectateur tremble avec le personnage devant la perspective d’être démasqué. Virginie Efira fait cela à merveille, donnant l’impression que les autres sont aussi fous, ou flous, qu’elle. Sophistiqué et élégant, Madeleine Collins prône l’idée qu’aucune identité n’est stable, que chacun joue plusieurs rôles.

9min

À suivre, dès 11h45 : Madeleine Collins (Rediffusion)

Ce soir sur BE 1 :

22h40 The Shift

Rediffusion Film policier 1h25 -10

A Bruxelles, Eden et Abdel, deux adolescents, décident de commettre un attentat suicide dans leur lycée. Mais Abdel se fait exploser plus tôt que prévu, Blessé, Eden est inconscient lorsqu'il est pris en charge par les secours et évacué dans une ambulance. En tentant de le réanimer, Isabel et Adamo découvrent une ceinture d'explosifs et comprennent qu'il s'agit ont affaire au terroriste que la police recherche. C'est à ce moment qu'Eden se réveille et les menace avec la télécommande de la ceinture, tout en leur ordonnant de poursuivre le trajet...

« The Shift » sur BE 1

22h40 The Shift

Rediffusion Film policier 1h25 -10

A Bruxelles, Eden et Abdel, deux adolescents, décident de commettre un attentat suicide dans leur lycée. Mais Abdel se fait exploser plus tôt que prévu, Blessé, Eden est inconscient lorsqu'il est pris en charge par les secours et évacué dans une ambulance. En tentant de le réanimer, Isabel et Adamo découvrent une ceinture d'explosifs et comprennent qu'il s'agit ont affaire au terroriste que la police recherche. C'est à ce moment qu'Eden se réveille et les menace avec la télécommande de la ceinture, tout en leur ordonnant de poursuivre le trajet...

« The Shift » sur BE 1

Programme BE 1 de la journée d'aujourd'hui

Samedi 26 Novembre 2022

De 06h56 à 07h00 Pause

Autre 4mn Tout public
Sur BE 1 dès 06h56 : Pause

De 06h56 à 07h00 Pause

Autre 4mn Tout public
Sur BE 1 dès 06h56 : Pause

De 07h00 à 07h55 La boîte à cartoons

Rediffusion Magazine jeunesse 55mn Tout public

Magazine jeunesse La boîte à cartoons. Tous les plus célèbres Toons s'invitent sur Be tv chaque semaine.

Sur BE 1 dès 07h00 : La boîte à cartoons

De 07h00 à 07h55 La boîte à cartoons

Rediffusion Magazine jeunesse 55mn Tout public

Magazine jeunesse La boîte à cartoons. Tous les plus célèbres Toons s'invitent sur Be tv chaque semaine.

Sur BE 1 dès 07h00 : La boîte à cartoons

De 07h55 à 09h55 De son vivant

Rediffusion Film : drame 2h Tout public

Quadragénaire, Benjamin découvre au détour de simples contrôles qu'il souffre d'un cancer du pancréas. Après divers examens, il constate désemparé que sa maladie le condamne à court terme. Bouleversée, sa mère parvient tout de même à rester digne en apprenant le terrible diagnostic, comprenant tout de suite l'absolue nécessité de faciliter le quotidien d'un fils en route vers son ultime voyage. Malgré les incessants allers-retours à l'hôpital, tous deux parviennent à surmonter la peine et la douleur et à unir leurs forces pour mener de front les affaires courantes, souhaitant se préparer au mieux à subir l'inéluctable et tragique destin... - Critique : Pour La mère et le fils n’ont soudain plus que quelques mois pour dénouer leur relation terriblement nouée : Benjamin (Benoît Magimel) va partir, condamné par un cancer, et Crystal (Catherine Deneuve) va le perdre. Comment accepter de « partir » et de voir « partir » ? Cette fiction qui aborde sans détour des grands questionnements de l’existence a, ironie du sort, percuté la vie de plein fouet, son tournage interrompu après l’accident vasculaire cérébral de son actrice vedette, en novembre 2019. De son vivant n’est pas un film comme les autres. La vérité y a fait sa place de toutes les façons possibles et y joue le premier rôle. Emmanuelle Bercot construit, avec le sérieux qu’on lui connaît (La Tête haute, La Fille de Brest), un mélo utile. On y trouve, concrètement, des informations sur ce territoire incertain et tabou qu’est la fin de vie. En donnant le rôle du médecin à un véritable professionnel, le Dr Gabriel Sara, la réalisatrice fait sienne l’exigence de franchise qui est au centre de la pratique de ce thérapeute. Avec sa volonté d’aborder le cinéma comme un art du partage, elle nous parle d’une manière essentielle de la séparation ultime. Et nous livre un film généreux comme une main tendue - F. S. Contre Linéaire, appliqué, ce drame étreint mal son sujet, à force de vouloir illustrer tous les aspects d’une fin de vie en soins palliatifs, sans en privilégier un seul. Difficile d’oublier que, si Gabriel Sara est un véritable médecin, il exerce, en fait, sa spécialité dans un service de pointe à New York, bien loin des manques et des réalités de l’hôpital public en France. En outre, l’authenticité de sa présence ne fait que souligner ce qui, autour de lui, paraît bien factice… On aurait aimé que le film accompagne la marche forcée de son héros vers la mort sans l’encombrer d’artifices - C. M.

Sur BE 1 dès 07h55 : De son vivant

De 07h55 à 09h55 De son vivant

Rediffusion Film : drame 2h Tout public

Quadragénaire, Benjamin découvre au détour de simples contrôles qu'il souffre d'un cancer du pancréas. Après divers examens, il constate désemparé que sa maladie le condamne à court terme. Bouleversée, sa mère parvient tout de même à rester digne en apprenant le terrible diagnostic, comprenant tout de suite l'absolue nécessité de faciliter le quotidien d'un fils en route vers son ultime voyage. Malgré les incessants allers-retours à l'hôpital, tous deux parviennent à surmonter la peine et la douleur et à unir leurs forces pour mener de front les affaires courantes, souhaitant se préparer au mieux à subir l'inéluctable et tragique destin... - Critique : Pour La mère et le fils n’ont soudain plus que quelques mois pour dénouer leur relation terriblement nouée : Benjamin (Benoît Magimel) va partir, condamné par un cancer, et Crystal (Catherine Deneuve) va le perdre. Comment accepter de « partir » et de voir « partir » ? Cette fiction qui aborde sans détour des grands questionnements de l’existence a, ironie du sort, percuté la vie de plein fouet, son tournage interrompu après l’accident vasculaire cérébral de son actrice vedette, en novembre 2019. De son vivant n’est pas un film comme les autres. La vérité y a fait sa place de toutes les façons possibles et y joue le premier rôle. Emmanuelle Bercot construit, avec le sérieux qu’on lui connaît (La Tête haute, La Fille de Brest), un mélo utile. On y trouve, concrètement, des informations sur ce territoire incertain et tabou qu’est la fin de vie. En donnant le rôle du médecin à un véritable professionnel, le Dr Gabriel Sara, la réalisatrice fait sienne l’exigence de franchise qui est au centre de la pratique de ce thérapeute. Avec sa volonté d’aborder le cinéma comme un art du partage, elle nous parle d’une manière essentielle de la séparation ultime. Et nous livre un film généreux comme une main tendue - F. S. Contre Linéaire, appliqué, ce drame étreint mal son sujet, à force de vouloir illustrer tous les aspects d’une fin de vie en soins palliatifs, sans en privilégier un seul. Difficile d’oublier que, si Gabriel Sara est un véritable médecin, il exerce, en fait, sa spécialité dans un service de pointe à New York, bien loin des manques et des réalités de l’hôpital public en France. En outre, l’authenticité de sa présence ne fait que souligner ce qui, autour de lui, paraît bien factice… On aurait aimé que le film accompagne la marche forcée de son héros vers la mort sans l’encombrer d’artifices - C. M.

Sur BE 1 dès 07h55 : De son vivant

De 09h55 à 11h45 L'amour c'est mieux que la vie

Rediffusion Film : comédie romantique 1h50 Tout public

Déjà deux décennies d'amitié pour Gérard, Ary et Philippe. Les trois hommes partagent une perturbante épreuve commune : la détention. A leur libération, ils concluent un pacte. Désormais, fini les écarts de conduite pour eux, ils ont saisi que seule l'honnêteté paye, et ils se tiendront à carreaux. Chose qu'ils ont su admirablement appliquer tout au long de ces années et finalement parvenir à réussir en filant droit. Quand Ary et Philippe apprennent que leur comparse souffre d'un mal incurable, ils passent un nouveau pacte : avant d'en arriver à l'inéluctable, Gérard l'épicurien connaîtra l'amour encore une fois, coûte que coûte... - Critique : Leur copain, vieux et veuf, n’est pas en grande forme. C’est la vie ! La bande de potes engage alors une « dame de compagnie », patronne d’une agence d’escort girls. Mais le coup monté déraille en coup de foudre. C’est l’amour ! Au fil de situations toujours un peu scabreuses, Lelouch affronte avec un sourire plutôt philosophe la perspective de la solitude, du grand âge, de la mort… Autant dire que ce cinquantième film n’est jamais banal pour lui. Moins conventionnel qu’une comédie classique, il va à l’essentiel : des envies de scènes, le plaisir de faire jouer les comédiens, de jongler avec le vrai et le faux, la fiction et la vie. Avec ses bons et ses moins bons moments, voilà la profession de foi d’un cinéaste.

Sur BE 1 dès 09h55 : L'amour c'est mieux que la vie

De 09h55 à 11h45 L'amour c'est mieux que la vie

Rediffusion Film : comédie romantique 1h50 Tout public

Déjà deux décennies d'amitié pour Gérard, Ary et Philippe. Les trois hommes partagent une perturbante épreuve commune : la détention. A leur libération, ils concluent un pacte. Désormais, fini les écarts de conduite pour eux, ils ont saisi que seule l'honnêteté paye, et ils se tiendront à carreaux. Chose qu'ils ont su admirablement appliquer tout au long de ces années et finalement parvenir à réussir en filant droit. Quand Ary et Philippe apprennent que leur comparse souffre d'un mal incurable, ils passent un nouveau pacte : avant d'en arriver à l'inéluctable, Gérard l'épicurien connaîtra l'amour encore une fois, coûte que coûte... - Critique : Leur copain, vieux et veuf, n’est pas en grande forme. C’est la vie ! La bande de potes engage alors une « dame de compagnie », patronne d’une agence d’escort girls. Mais le coup monté déraille en coup de foudre. C’est l’amour ! Au fil de situations toujours un peu scabreuses, Lelouch affronte avec un sourire plutôt philosophe la perspective de la solitude, du grand âge, de la mort… Autant dire que ce cinquantième film n’est jamais banal pour lui. Moins conventionnel qu’une comédie classique, il va à l’essentiel : des envies de scènes, le plaisir de faire jouer les comédiens, de jongler avec le vrai et le faux, la fiction et la vie. Avec ses bons et ses moins bons moments, voilà la profession de foi d’un cinéaste.

Sur BE 1 dès 09h55 : L'amour c'est mieux que la vie

De 11h45 à 13h30 Madeleine Collins

Rediffusion Film : drame 1h45 Tout public

Judith mène une vie pleine de secrets entre Melvil, chef d'orchestre, et leurs deux enfants en France, et Abdel, avec lequel elle élève une petite fille en Suisse. Grâce à son métier d'interprète, elle prétexte des voyages professionnels afin de s'échapper de l'un ou de l'autre. Avec Melvin, c'est une femme dévouée, les cheveux attachés, qui s'occupe des deux garçons plus âgés. Lorsqu'elle part en Suisse, elle se transforme en une toute autre personne, les cheveux détachés, bien plus active et vivante, prenant soin de la petite Ninon. Mais, avec le temps qui passe, ses mensonges deviennent de plus en plus difficiles à dissimuler... - Critique : Être quelqu’un d’autre, qui n’en a jamais rêvé ? Judith y parvient : elle a une double vie. Traductrice de haut vol, elle vit à Paris, en compagnie d’un chef d’orchestre réputé et de leurs deux garçons. Mais, auprès de son mari, lui-même fort occupé, elle prétexte des conférences un peu partout en Europe pour rejoindre, à Genève, un autre homme, Abdel, et une fillette. Cette deuxième vie est plus instable. Abdel, qui sait tout, semble lui reprocher son attitude et son attachement trop grand à la fillette. On est d’abord intrigué, car certaines pièces du puzzle manquent. À mesure qu’elles se placent, on comprend que cette double vie cache une part de folie. C’est un pari lui-même un peu fou mais réussi que le réalisateur Antoine Barraud (Les Gouffres, Le Dos rouge) entreprend avec ce thriller fondé sur une escalade haletante, où l’héroïne se trouve en mouvement permanent. On la voit composer avec talent, escamoter finement. On la voit aussi s’agripper à un fil de plus en plus fragile. Pour cette fuite en avant, il fallait une actrice qui sache se montrer séduisante, perverse, inquiétante et suffisamment attachante pour que le spectateur tremble avec le personnage devant la perspective d’être démasqué. Virginie Efira fait cela à merveille, donnant l’impression que les autres sont aussi fous, ou flous, qu’elle. Sophistiqué et élégant, Madeleine Collins prône l’idée qu’aucune identité n’est stable, que chacun joue plusieurs rôles.

Sur BE 1 dès 11h45 : Madeleine Collins

De 11h45 à 13h30 Madeleine Collins

Rediffusion Film : drame 1h45 Tout public

Judith mène une vie pleine de secrets entre Melvil, chef d'orchestre, et leurs deux enfants en France, et Abdel, avec lequel elle élève une petite fille en Suisse. Grâce à son métier d'interprète, elle prétexte des voyages professionnels afin de s'échapper de l'un ou de l'autre. Avec Melvin, c'est une femme dévouée, les cheveux attachés, qui s'occupe des deux garçons plus âgés. Lorsqu'elle part en Suisse, elle se transforme en une toute autre personne, les cheveux détachés, bien plus active et vivante, prenant soin de la petite Ninon. Mais, avec le temps qui passe, ses mensonges deviennent de plus en plus difficiles à dissimuler... - Critique : Être quelqu’un d’autre, qui n’en a jamais rêvé ? Judith y parvient : elle a une double vie. Traductrice de haut vol, elle vit à Paris, en compagnie d’un chef d’orchestre réputé et de leurs deux garçons. Mais, auprès de son mari, lui-même fort occupé, elle prétexte des conférences un peu partout en Europe pour rejoindre, à Genève, un autre homme, Abdel, et une fillette. Cette deuxième vie est plus instable. Abdel, qui sait tout, semble lui reprocher son attitude et son attachement trop grand à la fillette. On est d’abord intrigué, car certaines pièces du puzzle manquent. À mesure qu’elles se placent, on comprend que cette double vie cache une part de folie. C’est un pari lui-même un peu fou mais réussi que le réalisateur Antoine Barraud (Les Gouffres, Le Dos rouge) entreprend avec ce thriller fondé sur une escalade haletante, où l’héroïne se trouve en mouvement permanent. On la voit composer avec talent, escamoter finement. On la voit aussi s’agripper à un fil de plus en plus fragile. Pour cette fuite en avant, il fallait une actrice qui sache se montrer séduisante, perverse, inquiétante et suffisamment attachante pour que le spectateur tremble avec le personnage devant la perspective d’être démasqué. Virginie Efira fait cela à merveille, donnant l’impression que les autres sont aussi fous, ou flous, qu’elle. Sophistiqué et élégant, Madeleine Collins prône l’idée qu’aucune identité n’est stable, que chacun joue plusieurs rôles.

Sur BE 1 dès 11h45 : Madeleine Collins

De 13h30 à 15h25 Spencer

Film : drame 1h55 Tout public

Le mariage de la princesse Diana et du prince Charles s'est terni depuis longtemps. Bien que les rumeurs de liaisons et de divorce abondent, la paix est ordonnée pour les festivités de Noël au domaine de la reine à Sandringham. Il y a à manger et à boire, à tirer et à chasser. Diana connaît le jeu. Mais cette année, les choses seront bien différentes. Spencer est une illustration de ce qu'il aurait pu se passer pendant ces quelques jours fatidiques.

Sur BE 1 dès 13h30 : Spencer

De 13h30 à 15h25 Spencer

Film : drame 1h55 Tout public

Le mariage de la princesse Diana et du prince Charles s'est terni depuis longtemps. Bien que les rumeurs de liaisons et de divorce abondent, la paix est ordonnée pour les festivités de Noël au domaine de la reine à Sandringham. Il y a à manger et à boire, à tirer et à chasser. Diana connaît le jeu. Mais cette année, les choses seront bien différentes. Spencer est une illustration de ce qu'il aurait pu se passer pendant ces quelques jours fatidiques.

Sur BE 1 dès 13h30 : Spencer

De 15h25 à 16h25 This England : Faire le Brexit

Série dramatique 1h Tout public

Saison : 1 - Épisode : 1 - Après une campagne axée sur la réalisation du Brexit, Boris Johnson remporte largement les élections générales de 2019 et se prépare à former un gouvernement. Pendant ce temps, à Wuhan, une mystérieuse épidémie se déclare. L'OMS prend la situation très au sérieux, d'autant que la maladie se propage très rapidement dans d'autres pays. A l'institut Jenner, à Oxford, la publication du génome du virus amène les scientifiques à s'atteler à la conception d'un vaccin. - Critique : Juillet 2019. Boris Johnson succède à Theresa May au 10 Downing Street. Et, avec lui, débarque toute une équipe d’eurosceptiques à la tête desquels Dominic Cummings, éminence grise du nouveau Premier ministre et cerveau du Brexit. Mais l’euphorie de la victoire sera de courte durée. Bientôt des nouvelles préoccupantes arrivent de Chine. Un nouveau virus y provoque une redoutable épidémie. Épidémie qui deviendra pandémie. Et qui frappera le Royaume-Uni, comme le reste du monde, de plein fouet.Brexit, crise sanitaire et populisme. Tous les ingrédients d’une puissante dramaturgie étaient réunis dans la promesse de This England. Mais à la façon d’un plat trop richement épicé, ils se neutralisent d’emblée pour ne donner qu’une minisérie fade et laborieuse. Comme si Michael Winterbottom, son créateur, s’était laissé impressionner par le potentiel d’un sujet qu’il se contente finalement de survoler en déroulant chronologiquement le fil des événements de manière presque scolaire. Il colle aux pas d’un Boris Johnson qui gesticule et marmonne, comme aux infos, sans jamais se mettre à la distance qui aurait permis de faire fiction. Reste la performance d’acteur de Kenneth Branagh méconnaissable dans la peau de l’ex-Premier ministre. Insuffisant pour réveiller un récit rapidement soporifique. Dommage.

Sur BE 1 dès 15h25 : This England

De 15h25 à 16h25 This England : Faire le Brexit

Série dramatique 1h Tout public

Saison : 1 - Épisode : 1 - Après une campagne axée sur la réalisation du Brexit, Boris Johnson remporte largement les élections générales de 2019 et se prépare à former un gouvernement. Pendant ce temps, à Wuhan, une mystérieuse épidémie se déclare. L'OMS prend la situation très au sérieux, d'autant que la maladie se propage très rapidement dans d'autres pays. A l'institut Jenner, à Oxford, la publication du génome du virus amène les scientifiques à s'atteler à la conception d'un vaccin. - Critique : Juillet 2019. Boris Johnson succède à Theresa May au 10 Downing Street. Et, avec lui, débarque toute une équipe d’eurosceptiques à la tête desquels Dominic Cummings, éminence grise du nouveau Premier ministre et cerveau du Brexit. Mais l’euphorie de la victoire sera de courte durée. Bientôt des nouvelles préoccupantes arrivent de Chine. Un nouveau virus y provoque une redoutable épidémie. Épidémie qui deviendra pandémie. Et qui frappera le Royaume-Uni, comme le reste du monde, de plein fouet.Brexit, crise sanitaire et populisme. Tous les ingrédients d’une puissante dramaturgie étaient réunis dans la promesse de This England. Mais à la façon d’un plat trop richement épicé, ils se neutralisent d’emblée pour ne donner qu’une minisérie fade et laborieuse. Comme si Michael Winterbottom, son créateur, s’était laissé impressionner par le potentiel d’un sujet qu’il se contente finalement de survoler en déroulant chronologiquement le fil des événements de manière presque scolaire. Il colle aux pas d’un Boris Johnson qui gesticule et marmonne, comme aux infos, sans jamais se mettre à la distance qui aurait permis de faire fiction. Reste la performance d’acteur de Kenneth Branagh méconnaissable dans la peau de l’ex-Premier ministre. Insuffisant pour réveiller un récit rapidement soporifique. Dommage.

Sur BE 1 dès 15h25 : This England

De 16h25 à 17h20 This England : Politique de l'autruche

Série dramatique 55mn Tout public

Saison : 1 - Épisode : 2 - En mars 2020, la situation se dégrade en Italie. Le nombre de personnes en soins intensifs inquiètent plus particulièrement les scientifiques anglais. Du côté du gouvernement, Dom Cummings et ses collègues tentent de déterminer la meilleure conduite à adopter. L'Imperial College recommande d'augmenter le nombre de lits en réanimation, en construisant des hôpitaux temporaires. La grossesse de Carrie Symonds est rendue publique. - Critique : Juillet 2019. Boris Johnson succède à Theresa May au 10 Downing Street. Et, avec lui, débarque toute une équipe d’eurosceptiques à la tête desquels Dominic Cummings, éminence grise du nouveau Premier ministre et cerveau du Brexit. Mais l’euphorie de la victoire sera de courte durée. Bientôt des nouvelles préoccupantes arrivent de Chine. Un nouveau virus y provoque une redoutable épidémie. Épidémie qui deviendra pandémie. Et qui frappera le Royaume-Uni, comme le reste du monde, de plein fouet.Brexit, crise sanitaire et populisme. Tous les ingrédients d’une puissante dramaturgie étaient réunis dans la promesse de This England. Mais à la façon d’un plat trop richement épicé, ils se neutralisent d’emblée pour ne donner qu’une minisérie fade et laborieuse. Comme si Michael Winterbottom, son créateur, s’était laissé impressionner par le potentiel d’un sujet qu’il se contente finalement de survoler en déroulant chronologiquement le fil des événements de manière presque scolaire. Il colle aux pas d’un Boris Johnson qui gesticule et marmonne, comme aux infos, sans jamais se mettre à la distance qui aurait permis de faire fiction. Reste la performance d’acteur de Kenneth Branagh méconnaissable dans la peau de l’ex-Premier ministre. Insuffisant pour réveiller un récit rapidement soporifique. Dommage.

Sur BE 1 dès 16h25 : This England

De 16h25 à 17h20 This England : Politique de l'autruche

Série dramatique 55mn Tout public

Saison : 1 - Épisode : 2 - En mars 2020, la situation se dégrade en Italie. Le nombre de personnes en soins intensifs inquiètent plus particulièrement les scientifiques anglais. Du côté du gouvernement, Dom Cummings et ses collègues tentent de déterminer la meilleure conduite à adopter. L'Imperial College recommande d'augmenter le nombre de lits en réanimation, en construisant des hôpitaux temporaires. La grossesse de Carrie Symonds est rendue publique. - Critique : Juillet 2019. Boris Johnson succède à Theresa May au 10 Downing Street. Et, avec lui, débarque toute une équipe d’eurosceptiques à la tête desquels Dominic Cummings, éminence grise du nouveau Premier ministre et cerveau du Brexit. Mais l’euphorie de la victoire sera de courte durée. Bientôt des nouvelles préoccupantes arrivent de Chine. Un nouveau virus y provoque une redoutable épidémie. Épidémie qui deviendra pandémie. Et qui frappera le Royaume-Uni, comme le reste du monde, de plein fouet.Brexit, crise sanitaire et populisme. Tous les ingrédients d’une puissante dramaturgie étaient réunis dans la promesse de This England. Mais à la façon d’un plat trop richement épicé, ils se neutralisent d’emblée pour ne donner qu’une minisérie fade et laborieuse. Comme si Michael Winterbottom, son créateur, s’était laissé impressionner par le potentiel d’un sujet qu’il se contente finalement de survoler en déroulant chronologiquement le fil des événements de manière presque scolaire. Il colle aux pas d’un Boris Johnson qui gesticule et marmonne, comme aux infos, sans jamais se mettre à la distance qui aurait permis de faire fiction. Reste la performance d’acteur de Kenneth Branagh méconnaissable dans la peau de l’ex-Premier ministre. Insuffisant pour réveiller un récit rapidement soporifique. Dommage.

Sur BE 1 dès 16h25 : This England

De 17h20 à 18h20 The White Lotus : Fêtes et conséquences

Rediffusion Série humoristique 1h -12

Saison : 2 - Épisode : 4 - Cameron et Ethan se réveillent après une soirée agitée. Tanya ne reste pas indifférente aux compliments de Quentin, tandis que Portia accepte de passer l'après-midi avec Adam. Daphne se confie auprès de Harper.

Sur BE 1 dès 17h20 : The White Lotus

De 17h20 à 18h20 The White Lotus : Fêtes et conséquences

Rediffusion Série humoristique 1h -12

Saison : 2 - Épisode : 4 - Cameron et Ethan se réveillent après une soirée agitée. Tanya ne reste pas indifférente aux compliments de Quentin, tandis que Portia accepte de passer l'après-midi avec Adam. Daphne se confie auprès de Harper.

Sur BE 1 dès 17h20 : The White Lotus

De 18h20 à 20h30 Boîte noire

Rediffusion Film : thriller 2h10 Tout public

Après qu'un avion reliant Dubaï à Paris se soit écrasé dans le massif alpin, le bureau d'enquêtes et analyses pour la sécurité de l'aviation civile envoie un de ses meilleurs techniciens, Mathieu Vasseur, pour tenter de percer les mystères de ce drame. Rapidement, le jeune homme s'attaque à l'étude de la boîte noire. Il ne tarde pas à tirer des conclusions, et fait notamment part de ses doutes à ses supérieurs, convaincu que quelqu'un a falsifié les données de l'enregistrement. Le jugeant trop curieux, ces derniers lui ordonnent de stopper son enquête. Mathieu poursuit ses investigations seul, loin des regards indiscrets... - Critique : GENRE : Thriller parano. Mathieu Vasseur (Pierre Niney) travaille pour le BEA (Bureau d’enquêtes et d’analyses), organisme chargé d’enquêter sur la sécurité et les catastrophes aériennes de l’aviation civile. En l’absence inexpliquée de ce dernier, le jeune expert en acoustique se retrouve propulsé enquêteur en chef sur l’accident retentissant, dans les Alpes, d’un avion qui devait assurer la liaison Dubai-Paris. Y a-t-il eu défaillance technique, erreur de pilotage, attentat terroriste ? On est d’emblée happé par ce suspense au réalisme impressionnant. La précision pour décrire les procédures techniques et les méthodes d’analyse rappelle Le Chant du loup (2019), prototype marquant, lui aussi basé sur l’importance du son. Grâce à la carte mémoire extraite de la fameuse « boîte noire », Mathieu tente de reconstituer l’enchaînement des événements ayant mené à la tragédie, mais trop d’anomalies affleurent. La quête obstinée de la vérité le contraint alors à investiguer en solo. S’appuyant sur un scénario documenté et élaboré, Yann Gozlan (Un homme idéal) déroule une intrigue toujours haletante. La force de son film, qui réveille le souvenir des thrillers d’investigation d’Alan Pakula, tient beaucoup à l’identification du spectateur au personnage principal, jusqu’au moment où le doute s’installe. Cet obsessionnel, qui s’avère fragile, n’est-il pas un peu dingue ? En proie au complotisme, au délire d’interprétation ? La paranoïa est telle qu’elle déborde sur la vie intime. Car l’épouse de Mathieu, femme brillante, et qui semble plus solide que lui, travaille dans le même secteur, mais dans une autre branche, avec un possible conflit d’intérêt. Boîte noire suggère ainsi l’idée inquiétante que l’obtention de la vérité ne se fait pas sans (auto)destruction.

Sur BE 1 dès 18h20 : Boîte noire

De 18h20 à 20h30 Boîte noire

Rediffusion Film : thriller 2h10 Tout public

Après qu'un avion reliant Dubaï à Paris se soit écrasé dans le massif alpin, le bureau d'enquêtes et analyses pour la sécurité de l'aviation civile envoie un de ses meilleurs techniciens, Mathieu Vasseur, pour tenter de percer les mystères de ce drame. Rapidement, le jeune homme s'attaque à l'étude de la boîte noire. Il ne tarde pas à tirer des conclusions, et fait notamment part de ses doutes à ses supérieurs, convaincu que quelqu'un a falsifié les données de l'enregistrement. Le jugeant trop curieux, ces derniers lui ordonnent de stopper son enquête. Mathieu poursuit ses investigations seul, loin des regards indiscrets... - Critique : GENRE : Thriller parano. Mathieu Vasseur (Pierre Niney) travaille pour le BEA (Bureau d’enquêtes et d’analyses), organisme chargé d’enquêter sur la sécurité et les catastrophes aériennes de l’aviation civile. En l’absence inexpliquée de ce dernier, le jeune expert en acoustique se retrouve propulsé enquêteur en chef sur l’accident retentissant, dans les Alpes, d’un avion qui devait assurer la liaison Dubai-Paris. Y a-t-il eu défaillance technique, erreur de pilotage, attentat terroriste ? On est d’emblée happé par ce suspense au réalisme impressionnant. La précision pour décrire les procédures techniques et les méthodes d’analyse rappelle Le Chant du loup (2019), prototype marquant, lui aussi basé sur l’importance du son. Grâce à la carte mémoire extraite de la fameuse « boîte noire », Mathieu tente de reconstituer l’enchaînement des événements ayant mené à la tragédie, mais trop d’anomalies affleurent. La quête obstinée de la vérité le contraint alors à investiguer en solo. S’appuyant sur un scénario documenté et élaboré, Yann Gozlan (Un homme idéal) déroule une intrigue toujours haletante. La force de son film, qui réveille le souvenir des thrillers d’investigation d’Alan Pakula, tient beaucoup à l’identification du spectateur au personnage principal, jusqu’au moment où le doute s’installe. Cet obsessionnel, qui s’avère fragile, n’est-il pas un peu dingue ? En proie au complotisme, au délire d’interprétation ? La paranoïa est telle qu’elle déborde sur la vie intime. Car l’épouse de Mathieu, femme brillante, et qui semble plus solide que lui, travaille dans le même secteur, mais dans une autre branche, avec un possible conflit d’intérêt. Boîte noire suggère ainsi l’idée inquiétante que l’obtention de la vérité ne se fait pas sans (auto)destruction.

Sur BE 1 dès 18h20 : Boîte noire

De 20h30 à 22h40 Ambulance

Film d'action 2h10 -10

Alors qu'il doit trouver 231 000 dollars pour l'opération de la dernière chance de sa femme, Will, un ancien militaire, sollicite l'aide de son frère adoptif Danny, un criminel notoire. En guise de soutien, celui-ci lui propose plutôt de participer au braquage d'une banque avec un butin de 32 millions de dollars à la clé. Malheureusement pour eux, leur plan ne se déroule pas comme escompté. Contraints de quitter précipitamment les lieux, ils prennent en otage les passagers d'une ambulance, un policier gravement blessé et une infirmière, et se lancent dans une course-poursuite avec les forces de police de Los Angeles à leurs trousses...

Sur BE 1 dès 20h30 : Ambulance

De 20h30 à 22h40 Ambulance

Film d'action 2h10 -10

Alors qu'il doit trouver 231 000 dollars pour l'opération de la dernière chance de sa femme, Will, un ancien militaire, sollicite l'aide de son frère adoptif Danny, un criminel notoire. En guise de soutien, celui-ci lui propose plutôt de participer au braquage d'une banque avec un butin de 32 millions de dollars à la clé. Malheureusement pour eux, leur plan ne se déroule pas comme escompté. Contraints de quitter précipitamment les lieux, ils prennent en otage les passagers d'une ambulance, un policier gravement blessé et une infirmière, et se lancent dans une course-poursuite avec les forces de police de Los Angeles à leurs trousses...

Sur BE 1 dès 20h30 : Ambulance

De 22h40 à 00h05 The Shift

Rediffusion Film policier 1h25 -10

A Bruxelles, Eden et Abdel, deux adolescents, décident de commettre un attentat suicide dans leur lycée. Mais Abdel se fait exploser plus tôt que prévu, Blessé, Eden est inconscient lorsqu'il est pris en charge par les secours et évacué dans une ambulance. En tentant de le réanimer, Isabel et Adamo découvrent une ceinture d'explosifs et comprennent qu'il s'agit ont affaire au terroriste que la police recherche. C'est à ce moment qu'Eden se réveille et les menace avec la télécommande de la ceinture, tout en leur ordonnant de poursuivre le trajet...

Sur BE 1 dès 22h40 : The Shift

De 22h40 à 00h05 The Shift

Rediffusion Film policier 1h25 -10

A Bruxelles, Eden et Abdel, deux adolescents, décident de commettre un attentat suicide dans leur lycée. Mais Abdel se fait exploser plus tôt que prévu, Blessé, Eden est inconscient lorsqu'il est pris en charge par les secours et évacué dans une ambulance. En tentant de le réanimer, Isabel et Adamo découvrent une ceinture d'explosifs et comprennent qu'il s'agit ont affaire au terroriste que la police recherche. C'est à ce moment qu'Eden se réveille et les menace avec la télécommande de la ceinture, tout en leur ordonnant de poursuivre le trajet...

Sur BE 1 dès 22h40 : The Shift