Altice Studio : Programme TV de la chaîne Altice Studio

En ce moment sur Altice Studio :

17h08 Dora et la cité perdue

Rediffusion Film d'aventures 1h43 -10
Dora et la cité perdue

Dora a passé sa vie dans la jungle auprès de parents explorateurs. Mais la jeune fille a désormais 16 ans et il est temps pour elle de retrouver la vie réelle. Elle entre au lycée, tandis que ses parents partent en expédition afin de trouver une cité d'or perdue. Alors qu'elle a du mal à s'acclimater à sa nouvelle vie, Dora, son cousin Diego et ses camarades de classe sont enlevés par un dénommé Powell. Celui-ci veut récupérer ce que les parents de Dora ont trouvé dans la fameuse cité. Dora doit servir de monnaie d'échange. Mais, elle parvient à s'échapper, grâce à Babouche, son fidèle singe. Avec ses amis, Dora va tout tenter pour retrouver ses parents...

13min

À suivre, dès 18h51 : Barton Fink (Rediffusion)

Ce soir sur Altice Studio :

20h50 Watchmen, les gardiens

Rediffusion Film fantastique 2h42 -12

Rien ne s'est passé comme dans les livres d'Histoire : en 1985, les Etats-Unis ont gagné la guerre du Viêtnam. Par ailleurs, Nixon, toujours président, poursuit son cinquième mandat. Un aspect demeure : les tensions entre les Etats-Unis et l'URSS sont palpables. A tel point que la guerre menace. Les anciens justiciers, bannis par le président Nixon, craignent pour leur vie. L'un d'entre eux a été assassiné. Rorschach, qui continue de lutter contre le crime, tente de recruter ses amis pour démasquer les coupables et les commanditaires. Il collabore avec le Hibou et le Spectre pour éclaircir l'affaire, mais ne sait pas vraiment à qui il peut faire une totale confiance... - Critique : Genre : les superhéros sont fatigués. L'auteur de ces lignes n'est pas familier de la BD créée par Alan Moore dans les années 1980. D'où une indulgence amusée pour ce mastodonte (deux heures quarante d'intrigues entrecroisées), que les puristes ne partageront peut-être pas. On est en 1985, mais, comme dans un roman de Philip K. Dick, le passé ne ressemble à rien de connu depuis qu'un scientifique, le Dr Manhattan, rendu surhumain par l'atome, a changé le destin de l'Amérique : victoire au Vietnam, Nixon toujours président, la guerre froide au bord de se réchauffer... Réduits au chômage, les autres superhéros découvrent que l'un des leurs a été assassiné... Compliqué ? Et pas qu'un peu. Et aussi boursouflé, parfois pompier, et même franchement laid... Mais tout de même sacrément inventif, à l'image des watchmen eux-mêmes, ces drôles de créatures qui ne cessent de réfléchir à leur statut, transmettent leurs pouvoirs à leurs enfants, voient leur légitimité contestée par les mouvements pacifistes. Les superhéros sont-ils de bons coups ? Sont-ils de droite ou de gauche ? Réduisant les scènes d'action au minimum, ce drôle de blockbuster syncrétique ne manque pas d'étrangeté.

« Watchmen, les gardiens » sur Altice Studio

23h32 Shooter, tireur d'élite

Rediffusion Film : thriller 2h7 -10

Bob Lee Swagger, un ancien tireur d'élite, a quitté les Marines après une odieuse trahison. Depuis, il vit reclus dans un chalet, au sommet d'une montagne difficilement accessible. Il croit avoir définitivement tourné la page de ses aventures d'antan lorsque le colonel Isaac Johnson vient le trouver pour lui demander son aide : un complot menace en effet le président des Etats-Unis. Swagger, toujours patriote, ne peut pas refuser de sauver son Président et son pays. Mais bientôt, il comprend que les officiers avec lesquels il est en contact le manipulent. Il se retrouve pris au piège, accusé de meurtre. Traqué par des mercenaires, il tente de déjouer le complot dont il est victime...

« Shooter, tireur d'élite » sur Altice Studio

Programme Altice Studio de la journée d'aujourd'hui

Lundi 24 Janvier 2022

De 07h04 à 08h50 State of Mind

Rediffusion Film : drame 1h46 -10

Années 1950. Un psychologue mène une expérience avec trois malades mentaux qui se prennent tous pour le fils de Dieu.

Sur Altice Studio dès 07h04 : State of Mind

De 08h50 à 11h30 Munich

Rediffusion Film : thriller 2h40 -10

A Munich, en 1972, un commando de terroristes palestiniens affilié au groupe "Septembre noir" prend en otages des athlètes israéliens. L'opération tourne au carnage. Aussitôt, Golda Meir, Premier ministre israélien, prend la décision de répliquer. Avner, un jeune agent du Mossad, reçoit l'ordre de retrouver et d'éliminer les membres de "Septembre noir" qui sont considérés comme les commanditaires de l'attentat. Il change d'identité et quitte Tel Aviv en laissant sa femme enceinte. Arrivé en Europe avec un commando de quatre hommes, il tente d'entrer en contact avec le mystérieux "Papa", qui devrait lui permettre de localiser les terroristes... - Critique : | Genre : fable universelle. A Munich, pendant les jeux Olympiques de 1972, un commando de la faction palestinienne Septembre noir prenait en otages onze athlètes israéliens, qui allaient tous mourir. Munich est un film hanté. Et son héros, Avner, finira hanté à jamais par cette histoire. Ce jeune agent du Mossad, chargé de diriger le commando vengeur, représente une sorte d'idéal pour Spielberg : il aime sa famille, son pays et s'engage à le défendre. Pourtant, Avner se trompe : ses bonnes intentions pavent son enfer intérieur. Il s'agit pour le cinéaste de réveiller la conscience de ses personnages. Il y met sa foi d'homme et d'homme d'images. Il s'emploie à arracher la violence à toutes les conventions où le cinéma la maintient : chaque fois qu'elle surgit elle est authentiquement traumatisante. Si Spielberg plonge au coeur du conflit israélo-palestinien, c'est pour livrer non un film politique partisan, mais une histoire à la portée universelle, défendant les valeurs qui sont les siennes depuis longtemps. On se souvient des larmes d'Oskar Schindler à la fin de La Liste de Schindler, désespérant de n'avoir pu sauver que les Juifs inscrits sur la liste. En sauver un de plus, c'était atteindre vraiment l'humain, l'unique. Le message est ici le même : retrouver l'humain derrière la liste. — Frédéric Strauss

Sur Altice Studio dès 08h50 : Munich

De 11h30 à 13h11 Jarhead : Law of Return

Rediffusion Téléfilm de guerre 1h41 -10

Un pilote des forces militaires israéliennes est abattu alors qu'il vole au-dessus de la Syrie. Il est fait prisonnier par un groupe du Hezbollah.

Sur Altice Studio dès 11h30 : Jarhead : Law of Return

De 13h11 à 15h12 Downton Abbey

Rediffusion Film : drame 2h1 Tout public

La reine et le roi d'Angleterre ont annoncé leur visite à Downton Abbey. Robert Crawley, son épouse Cora, leurs deux filles, Lady Mary et Lady Edith et leurs époux Henry Talbot et Bertie Pelham, sont aux anges. La matriarche Violet Crawley est la seule à s'inquiéter des préparatifs nécessaires à cet événement qui fera date dans l'histoire du château. Les serviteurs font de leur mieux pour accueillir dignement les souverains. Mais, le majordome du roi arrive en avance pour inspecter les lieux et décrète que le personnel sera écarté de l'événement. Blessés, Carson, sa femme Mrs Hughes, Anna et John Bates et les autres décident de faire front... - Critique : On les avait quittés, le cœur serré, à Noël 2015. Après six saisons d’intrigues successorales, d’affres sentimentales et de drames familiaux dans l’Angleterre des années 1910 et 1920, l’heure était venue pour les Crawley et leur imposante maisonnée de s’éclipser de la télé britannique qui les avait vus s’épanouir. Mais c’est sur grand écran que le showrunner Julian Fellowes choisissait de mettre ce point final à sa saga historique à succès. Tout commence par l’annonce d’une visite à Downton Abbey de Sa Majesté le roi George V et de son épouse, la reine ­Mary. D’où les sentiments mêlés d’honneur et d’angoisse, tant à l’étage des maî­tres qu’à celui des domestiques, où se déroule, pour l’essentiel, la première moitié de l’intrigue. Que va-t-on servir à table ? Quelle vaisselle choisir pour le dîner ? Ces enjeux dramatiques semblent un peu minces pour justifier deux heures de film… S’il n’a rien de la peinture cruelle des relations ancillaires que Julian Fellowes avait esquissée pour Gosford Park, de Robert Altman, et bien peu de la mélancolie proustienne qui se dégageait de la série ­télévisée, ce Downton Abbey final offre pourtant des occasions de se réjouir. D’abord, les échanges à fleurets mouchetés rappellent tout le talent du scénariste et offrent aux comédiens une partition piquante — mention spéciale pour la joute que se livrent Maggie Smith et la nouvelle venue, Imelda Staunton. Ensuite, l’auteur parvient à dessiner avec soin, à travers le destin de chacun, différents visages de l’Angleterre de 1927, sans jamais verser dans la leçon d’histoire.

Sur Altice Studio dès 13h11 : Downton Abbey

De 15h12 à 17h08 Gemini Man

Rediffusion Film de science-fiction 1h56 -10

Une nuit, Henry Brogan, est attaqué par une escouade. Le tueur professionnel en sort vivant et se rend compte que le programme gouvernemental Gemini, mené par Clay Verris, cherche à l'éliminer. A sa grande stupeur, il découvre que son assassin est son portrait craché en plus jeune. Il s'agit en fait d'un clone, qui a le don d'anticiper ses moindres mouvements. Ce clone ne serait pas unique et ferait partie d'un vaste plan. Aidé par ses amis Danny et Baron, Henry va tenter de rallier celui qui est chargé de le tuer à sa cause et mettre Clay Verris hors d'état de nuire... - Critique : On s’attendait à tout dans Gemini Man, mais certainement pas à un scénario aussi plan-plan… Le meilleur des tueurs se retire des affaires, embarrassé par le résultat de sa dernière mission : visant de très, très loin un homme assis dans un TGV parti de la gare de Liège et lancé à pleine vitesse, il lui a mis une balle dans le cou, alors qu’il visait la tête. Il faut raccrocher, décrète Henry Brogan, qui avoue éviter les miroirs depuis un certain temps – coquetterie terriblement forcée puisqu’il a l’âge (51 ans) et la bonne gueule de Will Smith. Cette retraite improbable vire, sans surprise, à la chasse à l’homme : l’employeur de Brogan, la puissante DIA (Defense Intelligence Agency, comprenez CIA), décide de l’éliminer, car il en sait trop. Mais comment tue-t-on un tueur hors pair ? En envoyant son double rajeuni s’occuper de lui : le nouveau Brogan est un clone de laboratoire… Si le scénario de Gemini Man est usé, il aurait encore pu servir efficacement pour une petite série B fauchée. Mais c’est comme un formidable renouveau que le film est vendu par ses deux maîtres d’œuvre. Le producteur Jerry Bruckheimer, vétéran du blockbuster qui lança Will Smith dans Bad Boys (1995), n’hésite pas à parler de film d’action révolutionnaire. Le réalisateur, Ang Lee, évoque, pour sa part, une nouvelle étape dans l’histoire du cinéma : après l’arrivée du son, après l’arrivée de la couleur, voici l’arrivée de Gemini Man ! Un spectacle d’un genre nouveau, tourné à la vitesse de cent vingt images par seconde, la cadence la plus élevée possible, assurant une netteté et une profondeur de champ inédites. Des prouesses auxquelles s’ajoute ce que l’on nomme la « 3D native 4K », ou la « 3D+ », autrement dit la projection en relief la plus immersive qui soit. Mais aussi l’utilisation d’effets spéciaux qui repoussent les limites du possible : ils ont permis de rajeunir Will Smith pour lui faire affronter son jumeau jeune, un personnage totalement numérisé et à l’apparence totalement réaliste (dans les meilleurs moments). Ce genre de film, on ne l’a jamais vu, nous assure-t-on. Après l’avoir découvert, on espère surtout ne plus jamais le revoir. D’emblée, la netteté de l’image met tout à plat, horriblement. L’écran de cinéma semble s’être transformé en un énorme téléviseur qui diffuse une sitcom. Ang Lee, qui a souvent montré un sens certain de la beauté d’une image (dans L’Odyssée de Pi, en 2012, comme dans Le Secret de Brokeback Mountain, en 2005), met en scène une intrigue exsangue dans des décors dont il n’y a rien à tirer. À force de développer une obsession pour la technologie, ce cinéaste a fini par jouer avec des caméras sans plus se demander ce qu’il met devant : son précédent film, Un jour dans la vie de Billy Lynn (2016), était un tour de force visuel, mais manquait de consistance et fut un échec commercial. Cette fois, l’histoire n’a plus aucun intérêt et, sur le plan du spectacle, les moyens nouveaux aboutissent à un désastre : la netteté de l’image donne l’impression que les scènes d’action sont celles d’un making of, tourné avec une petite caméra vidéo. La matière du film s’est volatilisée. C’est là le seul tour de magie de Gemini Man : faire disparaître le cinéma. Car le rajeunissement de Will Smith n’est pas particulièrement convaincant. C’est à un clone enfantin que le spectateur est confronté, mais le sentiment, si humain, du temps qui passe sur un visage est absent. Et la 3D, même si elle a quelques surgissements sympathiques, comme ces bulles qui flottent sous nos yeux dans une scène aquatique, n’est pas utilisée avec beaucoup d’inventivité. Entrer dans la tête d’Ang Lee serait sans doute la seule manière de trouver de l’intérêt à sa mésaventure artistique. Car Gemini Man a probablement été un film passionnant à fabriquer : l’image si propre et nette est, en même temps, pleine de manipulations. On pourrait bâtir toute une théorie autour du vrai et du faux, du visible et de l’invisible, à partir de ce spectacle dont la vraie nature est censée nous échapper. Mais la réflexion semble un triste refuge quand le cinéma est à ce point dévitalisé.

Sur Altice Studio dès 15h12 : Gemini Man

De 17h08 à 18h51 Dora et la cité perdue

Rediffusion Film d'aventures 1h43 -10

Dora a passé sa vie dans la jungle auprès de parents explorateurs. Mais la jeune fille a désormais 16 ans et il est temps pour elle de retrouver la vie réelle. Elle entre au lycée, tandis que ses parents partent en expédition afin de trouver une cité d'or perdue. Alors qu'elle a du mal à s'acclimater à sa nouvelle vie, Dora, son cousin Diego et ses camarades de classe sont enlevés par un dénommé Powell. Celui-ci veut récupérer ce que les parents de Dora ont trouvé dans la fameuse cité. Dora doit servir de monnaie d'échange. Mais, elle parvient à s'échapper, grâce à Babouche, son fidèle singe. Avec ses amis, Dora va tout tenter pour retrouver ses parents...

Sur Altice Studio dès 17h08 : Dora et la cité perdue

De 18h51 à 20h50 Barton Fink

Rediffusion Film : comédie dramatique 1h59 -10

1941. Grâce au succès de sa première pièce de théâtre, un jeune dramaturge new-yorkais se voit proposer un alléchant contrat par un nabab hollywoodien. Après avoir, dans un premier temps, refusé cette offre, il se laisse finalement séduire et se retrouve dans un immense hôtel désuet et oppressant... - Critique : | Genre : Hollywood kafkaïen. Palme d'or en 1991, cette farce littéraire a propulsé les frères Coen au rang de ­cinéastes majeurs. Même s'ils arborent de façon un peu clinquante leur collection de signes intellos-rigolos et leur ­virtuosité d'auteurs, ils démontrent un sacré talent dans l'alliance de l'angoisse et de l'absurdité. C'est une peinture précise et impitoyable du Hollywood des années 1940, et un délire macabre fondé sur la paranoïa, la peur d'être englouti — y compris sexuellement ! On ne sort guère de l'hôtel ­rococo, labyrinthe marron et sans fond qui semble doué de facultés humaines. Rien n'est rassurant, pas même Charlie (génial John Goodman), qui suscite presque plus de sympathie que le pontifiant Barton. Ce voisin de chambre est-il aussi bonne poire qu'il en a l'air ? Est-il ange gardien ou démon ? La réponse viendra dans l'incendie final, apocalyptique. Moralité ricaneuse : Hollywood, c'est l'enfer volontaire. — Jacques Morice

Sur Altice Studio dès 18h51 : Barton Fink

De 20h50 à 23h32 Watchmen, les gardiens

Rediffusion Film fantastique 2h42 -12

Rien ne s'est passé comme dans les livres d'Histoire : en 1985, les Etats-Unis ont gagné la guerre du Viêtnam. Par ailleurs, Nixon, toujours président, poursuit son cinquième mandat. Un aspect demeure : les tensions entre les Etats-Unis et l'URSS sont palpables. A tel point que la guerre menace. Les anciens justiciers, bannis par le président Nixon, craignent pour leur vie. L'un d'entre eux a été assassiné. Rorschach, qui continue de lutter contre le crime, tente de recruter ses amis pour démasquer les coupables et les commanditaires. Il collabore avec le Hibou et le Spectre pour éclaircir l'affaire, mais ne sait pas vraiment à qui il peut faire une totale confiance... - Critique : Genre : les superhéros sont fatigués. L'auteur de ces lignes n'est pas familier de la BD créée par Alan Moore dans les années 1980. D'où une indulgence amusée pour ce mastodonte (deux heures quarante d'intrigues entrecroisées), que les puristes ne partageront peut-être pas. On est en 1985, mais, comme dans un roman de Philip K. Dick, le passé ne ressemble à rien de connu depuis qu'un scientifique, le Dr Manhattan, rendu surhumain par l'atome, a changé le destin de l'Amérique : victoire au Vietnam, Nixon toujours président, la guerre froide au bord de se réchauffer... Réduits au chômage, les autres superhéros découvrent que l'un des leurs a été assassiné... Compliqué ? Et pas qu'un peu. Et aussi boursouflé, parfois pompier, et même franchement laid... Mais tout de même sacrément inventif, à l'image des watchmen eux-mêmes, ces drôles de créatures qui ne cessent de réfléchir à leur statut, transmettent leurs pouvoirs à leurs enfants, voient leur légitimité contestée par les mouvements pacifistes. Les superhéros sont-ils de bons coups ? Sont-ils de droite ou de gauche ? Réduisant les scènes d'action au minimum, ce drôle de blockbuster syncrétique ne manque pas d'étrangeté.

Sur Altice Studio dès 20h50 : Watchmen, les gardiens

De 23h32 à 01h39 Shooter, tireur d'élite

Rediffusion Film : thriller 2h7 -10

Bob Lee Swagger, un ancien tireur d'élite, a quitté les Marines après une odieuse trahison. Depuis, il vit reclus dans un chalet, au sommet d'une montagne difficilement accessible. Il croit avoir définitivement tourné la page de ses aventures d'antan lorsque le colonel Isaac Johnson vient le trouver pour lui demander son aide : un complot menace en effet le président des Etats-Unis. Swagger, toujours patriote, ne peut pas refuser de sauver son Président et son pays. Mais bientôt, il comprend que les officiers avec lesquels il est en contact le manipulent. Il se retrouve pris au piège, accusé de meurtre. Traqué par des mercenaires, il tente de déjouer le complot dont il est victime...

Sur Altice Studio dès 23h32 : Shooter, tireur d'élite