Action : Programme TV de la chaîne Action

En ce moment sur Action :

16h01 Centurion

Rediffusion Film d'aventures 1h35 -12
Centurion

Les Romains en avaient sous leur cuirasse, mais les Pictes (peuplades du Nord) n'avaient pas froid aux yeux. D'où des guerres sans fin… Et je t'arrache la tête, et je te pisse dessus… Pour la beauté des combats, on relira Jules César. - Critique : | Genre : mon beau légionnaire. C'est un film bourré de testostérone : ici, on ne parle pas, on hurle (très fort), on pisse (beaucoup), on s'appelle Virilus, on bouffe de la panse de cerf à même l'animal, et on a le physique très mec de Michael Fassbender. On se cogne aussi, on se massacre. Le sang gicle et les pieux transpercent tout ce qui s'approche, décapitent tout ce qui a une tête. On savait que les Romains ne faisaient pas dans la dentelle, Neil Marshall nous le confirme. Il choisit un épisode très pointu de la conquête romaine : les combats contre les Pictes, tribu sauvage du Nord de l'Angleterre, en 117 après J.-C. Ce n'est, en fait, qu'un prétexte pour filmer la lande écossaise qui inspire le réalisateur depuis son premier film, Dog Soldiers (des militaires y étaient attaqués par des loups-garous). Les paysages sont magnifiques, filmés à grand renfort de mouvements de caméra. Qui ne font que souligner l'indigence du scénario dont la seule problématique semble être : comment passer d'un combat à un autre ? En fonçant dans le tas, par Toutatis !

36min

À suivre, dès 17h36 : Priest (Rediffusion)

Ce soir sur Action :

20h50 Dead Drop

Téléfilm d'action 1h30 -10

Au Nord du Mexique, un ancien agent de la CIA infiltre un réseau de trafiquants de drogue. Après avoir été éjecté de force d'un avion et avoir survécu à cette exécution programmée, il s'engage dans une croisade d'une rare violence, dans le seul but de retrouver celui qui a voulu l'assassiner...

« Dead Drop » sur Action

22h20 Gangster Squad

Rediffusion Film policier 1h50 -12

A Los Angeles, en 1950, la folie sanglante et la soif de pouvoir du gangster Mickey Cohen oblige la police à créer un gang de flics aux méthodes de justiciers voyous. La violence se coule dans des atmosphères rétro dignes du cinéma de studio de l'époque, séducteurs et vamp compris. Joli, plaisant, mais un peu naïf aussi. - Critique : | Genre : Rétro les flingues. Après la tuerie dans le multiplexe d'Aurora (Colorado) où se projetait le dernier Batman, en juillet 2012, la bande-annonce de ce Gangster Squad fut vite retirée des salles : on y voyait une tuerie dans un ­cinéma du Chinatown de Los Angeles, en 1950. Cette scène a été supprimée, remplacée par l'explosion d'un camion piégé... Mais on sent toujours, dans ce film de gangsters qui lorgne sur Les Incorruptibles (1987), une envie de rendre la violence plus frappante, pour construire un personnage d'ennemi public vraiment dangereux, effrayant. Il s'appelle Mickey Cohen, il a acheté la police et les juges, tué ceux qu'il ne pouvait corrompre. Los Angeles lui appartient, et il veut faire de l'Amérique son empire... Le mal absolu. Pour le combattre, des flics obtiennent un permis de tuer, comme des gangsters. Pas sûr que tout ça reflète l'histoire du véritable Mickey Cohen, joué ici par Sean Penn, avec une volonté de profondeur et d'authenticité inutile. Car le réalisateur, lui, joue plutôt sur les effets de séduction immédiate et sur le glamour du cinéma de studio, assorti aux décors rétro. La brutalité de la guerre contre ­le crime se coule ainsi dans des atmosphères soignées et un casting de séducteurs au milieu desquels papillonne une vamp. C'est plaisant, mais finalement presque naïf. Ce que le discours final sur les bienfaits de la loi ne cache plus du tout. — Frédéric Strauss

« Gangster Squad » sur Action

Programme Action de la journée d'aujourd'hui

Samedi 17 Avril 2021

De 06h54 à 07h48 Fin des programmes

Fin 54mn Tout public

Nos programmes se terminent pour cette journée, en attendant ceux de demain.

Sur Action dès 06h54 : Fin des programmes

De 06h54 à 07h48 Fin des programmes

Fin 54mn Tout public

Nos programmes se terminent pour cette journée, en attendant ceux de demain.

Sur Action dès 06h54 : Fin des programmes

De 07h48 à 09h23 Surcouf, le tigre des sept mers

Rediffusion Film 1h35 Tout public

A Saint-Malo, à la fin du XVIIe siècle. Le propriétaire d'un chantier naval s'oppose au mariage de sa fille, la jolie Marie-Catherine, avec le jeune Surcouf, qu'il juge trop pauvre. Il en faut plus pour décourager ce dernier, marin habile et audacieux. Le jeune aventurier gagne l'île Maurice, avec la ferme intention d'y faire fortune. Malgré l'opposition du gouverneur, il parvient à s'enrichir. De retour en Bretagne, il entreprend d'enlever Marie-Catherine, qu'il n'a pas oubliée. Ses aventures ne font que commencer. Plus tard, devenu corsaire, il écume inlassablement les sept mers, délestant la flotte de la perfide Albion pour le compte de la République, puis de l'Empire... - Critique : A la différence des pirates, les corsaires écumaient les mers avec le soutien de l'Etat. Ce statut privilégié (stabilité de l'emploi, immunité, permis de tuer) les prive de la niaque du flibustier du privé. Dommage pour le spectacle.

Sur Action dès 07h48 : Surcouf, le tigre des sept mers

De 07h48 à 09h23 Surcouf, le tigre des sept mers

Rediffusion Film 1h35 Tout public

A Saint-Malo, à la fin du XVIIe siècle. Le propriétaire d'un chantier naval s'oppose au mariage de sa fille, la jolie Marie-Catherine, avec le jeune Surcouf, qu'il juge trop pauvre. Il en faut plus pour décourager ce dernier, marin habile et audacieux. Le jeune aventurier gagne l'île Maurice, avec la ferme intention d'y faire fortune. Malgré l'opposition du gouverneur, il parvient à s'enrichir. De retour en Bretagne, il entreprend d'enlever Marie-Catherine, qu'il n'a pas oubliée. Ses aventures ne font que commencer. Plus tard, devenu corsaire, il écume inlassablement les sept mers, délestant la flotte de la perfide Albion pour le compte de la République, puis de l'Empire... - Critique : A la différence des pirates, les corsaires écumaient les mers avec le soutien de l'Etat. Ce statut privilégié (stabilité de l'emploi, immunité, permis de tuer) les prive de la niaque du flibustier du privé. Dommage pour le spectacle.

Sur Action dès 07h48 : Surcouf, le tigre des sept mers

De 09h23 à 11h08 Nid de guêpes

Rediffusion Film d'action 1h45 -12

La mission confiée à Hélène Laborie, agent travaillant pour les forces spéciales, consiste à escorter jusqu'à une prison française Abedin Nexhep, un ponte de la mafia albanaise. Accusé d'être à la tête d'un vaste réseau de prostitution, Abedin Nexhep doit passer en jugement devant un tribunal européen. Mais la brillante jeune femme ignore que les hommes de main de Nexhep sont capables du pire pour parvenir à libérer leur chef. Durant le transfert, ils engagent une course-poursuite avec Hélène et son équipe, qui sont alors contraints de se réfugier dans l'entrepôt d'une zone industrielle. Là, ils découvrent une bande de jeunes délinquants...1 - Critique : Un commando de forces spéciales et une bande de jeunes voyous se retrouvent coincés dans un entrepôt assiégé par une organisation criminelle prête à tout. Un film d'action au découpage impressionnant et à l'énergie convulsive.

Sur Action dès 09h23 : Nid de guêpes

De 09h23 à 11h08 Nid de guêpes

Rediffusion Film d'action 1h45 -12

La mission confiée à Hélène Laborie, agent travaillant pour les forces spéciales, consiste à escorter jusqu'à une prison française Abedin Nexhep, un ponte de la mafia albanaise. Accusé d'être à la tête d'un vaste réseau de prostitution, Abedin Nexhep doit passer en jugement devant un tribunal européen. Mais la brillante jeune femme ignore que les hommes de main de Nexhep sont capables du pire pour parvenir à libérer leur chef. Durant le transfert, ils engagent une course-poursuite avec Hélène et son équipe, qui sont alors contraints de se réfugier dans l'entrepôt d'une zone industrielle. Là, ils découvrent une bande de jeunes délinquants...1 - Critique : Un commando de forces spéciales et une bande de jeunes voyous se retrouvent coincés dans un entrepôt assiégé par une organisation criminelle prête à tout. Un film d'action au découpage impressionnant et à l'énergie convulsive.

Sur Action dès 09h23 : Nid de guêpes

De 11h08 à 13h28 13 Hours

Rediffusion Film de guerre 2h20 -12

A Benghazi, le soir du 11 septembre 2012, le consulat américain est pris d'assaut, l'antenne de la CIA assiégée… Malgré le style explosif et l'éloge facile de l'héroïsme, la reconstitution de cette nuit de combats donne un sentiment de réalisme honnête. - Critique : Genre : explosif pour de vrai. A Benghazi, le soir du 11 septembre 2012, le consulat américain fut pris d'assaut, l'antenne de la CIA, assiégée, et l'am­bassadeur des Etats-Unis, tué dans l'attaque... Spécialiste des blockbusters, le réalisateur de Transformers met son style explosif, souvent épais, au service d'une reconstitution malgré tout intéressante de cette nuit de combats. Il signe un film d'action au sens le plus concret, en décrivant les affrontements sur le terrain et le chaos face à des attaquants à l'identité trouble — une milice islamiste, probablement. Malgré l'insistance sur l'héroïsme des soldats des forces spéciales, gros bras auxquels il s'agit de rendre hommage, la visée informative domine. L'intérêt de cette production très réaliste, compte tenu des standards hollywoodiens, est aussi qu'elle soit devenue, aux Etats-Unis, une pomme de discorde entre républicains et démocrates. Les premiers ont voulu voir dans cette reconstitution la preuve que les seconds avaient abandonné en rase campagne de loyaux serviteurs de l'Etat : Obama et surtout Hillary Clinton, chef de la diplomatie, se retrouvaient ainsi mis en cause. En janvier 2016, Donald Trump organisa même une grande projection du film pour ses supporters... — Frédéric Strauss

Sur Action dès 11h08 : 13 Hours

De 13h28 à 16h01 Zero Dark Thirty

Rediffusion Film : thriller 2h33 -12

Un agent de la CIA a une mission qui tourne à l'obsession : trouver l'endroit où se planque Ben Laden. Un film très captivant pour certains, banal comme du reportage télé pour d'autres. - Critique : Elle est d’abord spectatrice silencieuse d’une scène pas belle à voir : la torture d’un détenu, membre d’al-Qaida. Cette femme qui n’en mène pas large, c’est Maya (Jessica Chastain), agent de la CIA. Sa mission : trouver où se planque Oussama Ben Laden… L’interrogatoire, la torture : Kathryn Bigelow n’escamote rien. Oui, la CIA a torturé. Et, oui, c’est horrible — dans ces scènes, on souffre avec le détenu et il n’est nullement question de défendre la torture. D’autant qu’elle n’est pas capitale : ce qui permet de ­localiser Ben Laden tient à un faisceau d’aveux et d’indices, d’âpres négociations et des bakchichs. Du pur cinéma, captivant, soutenu par un vrai travail journalistique (Mark Boal), c’est assez rare. Les deux se combinent dans ce jeu de piste entre Afghanistan, Pakistan et Washington. Jusqu’à l’assaut final de la maison fortifiée, dans la banlieue ­d’Islamabad. Tout, alors, impressionne visuellement, à la fois hyperréaliste et abstrait. L’héroïne participe à l’action, mais c’est le plus souvent en femme de l’ombre qu’on la voit, scotchée à son ordinateur, enfermée dans son obsession. Jessica Chastain donne à ce double probable de la cinéaste une beauté impénétrable, un mélange de force et de vulnérabilité.

Sur Action dès 13h28 : Zero Dark Thirty

De 11h08 à 13h28 13 Hours

Rediffusion Film de guerre 2h20 -12

A Benghazi, le soir du 11 septembre 2012, le consulat américain est pris d'assaut, l'antenne de la CIA assiégée… Malgré le style explosif et l'éloge facile de l'héroïsme, la reconstitution de cette nuit de combats donne un sentiment de réalisme honnête. - Critique : Genre : explosif pour de vrai. A Benghazi, le soir du 11 septembre 2012, le consulat américain fut pris d'assaut, l'antenne de la CIA, assiégée, et l'am­bassadeur des Etats-Unis, tué dans l'attaque... Spécialiste des blockbusters, le réalisateur de Transformers met son style explosif, souvent épais, au service d'une reconstitution malgré tout intéressante de cette nuit de combats. Il signe un film d'action au sens le plus concret, en décrivant les affrontements sur le terrain et le chaos face à des attaquants à l'identité trouble — une milice islamiste, probablement. Malgré l'insistance sur l'héroïsme des soldats des forces spéciales, gros bras auxquels il s'agit de rendre hommage, la visée informative domine. L'intérêt de cette production très réaliste, compte tenu des standards hollywoodiens, est aussi qu'elle soit devenue, aux Etats-Unis, une pomme de discorde entre républicains et démocrates. Les premiers ont voulu voir dans cette reconstitution la preuve que les seconds avaient abandonné en rase campagne de loyaux serviteurs de l'Etat : Obama et surtout Hillary Clinton, chef de la diplomatie, se retrouvaient ainsi mis en cause. En janvier 2016, Donald Trump organisa même une grande projection du film pour ses supporters... — Frédéric Strauss

Sur Action dès 11h08 : 13 Hours

De 16h01 à 17h36 Centurion

Rediffusion Film d'aventures 1h35 -12

Les Romains en avaient sous leur cuirasse, mais les Pictes (peuplades du Nord) n'avaient pas froid aux yeux. D'où des guerres sans fin… Et je t'arrache la tête, et je te pisse dessus… Pour la beauté des combats, on relira Jules César. - Critique : | Genre : mon beau légionnaire. C'est un film bourré de testostérone : ici, on ne parle pas, on hurle (très fort), on pisse (beaucoup), on s'appelle Virilus, on bouffe de la panse de cerf à même l'animal, et on a le physique très mec de Michael Fassbender. On se cogne aussi, on se massacre. Le sang gicle et les pieux transpercent tout ce qui s'approche, décapitent tout ce qui a une tête. On savait que les Romains ne faisaient pas dans la dentelle, Neil Marshall nous le confirme. Il choisit un épisode très pointu de la conquête romaine : les combats contre les Pictes, tribu sauvage du Nord de l'Angleterre, en 117 après J.-C. Ce n'est, en fait, qu'un prétexte pour filmer la lande écossaise qui inspire le réalisateur depuis son premier film, Dog Soldiers (des militaires y étaient attaqués par des loups-garous). Les paysages sont magnifiques, filmés à grand renfort de mouvements de caméra. Qui ne font que souligner l'indigence du scénario dont la seule problématique semble être : comment passer d'un combat à un autre ? En fonçant dans le tas, par Toutatis !

Sur Action dès 16h01 : Centurion

De 17h36 à 19h02 Priest

Rediffusion Film de science-fiction 1h26 -12

Dans un monde ravagé par une guerre entre les vampires et les humains, un prêtre vit parmi les hommes, dans un univers où la religion est devenue le seul rempart contre les créatures de la nuit. Quand sa nièce Lucy est enlevée par des vampires, l'homme de Dieu renonce à tous ses voeux et se lance dans une quête pour la sauver. Rejoint par Hicks, le petit ami de Lucy, et par une prêtresse, aussi habile que lui au combat, le prêtre a peu de temps pour empêcher les vampires de transformer Lucy en créature immortelle... - Critique : | Genre : Et pour quelques vampires de plus. Après de récurrentes guerres humains-vampires, le clergé a pris le pouvoir, mettant au placard ses meilleurs combattants — les « prêtres ». Les hommes vivent dans une cité à la Blade Runner, sombre, polluée, orwellienne, où des confessionnaux automatiques sont alignés comme des cabanes de chantier. Au-delà des murs, dans un immense désert, les vampires sont parqués. Débutant comme de la science-fiction, cette série B à l'ambiance BD — le film adapte un manga coréen — vire au western, dont les codes sont mis à la sauce futuriste : shérif surarmé, motos issues de Mad Max en guise de chevaux... Malgré des effets spéciaux pas toujours réussis, le cinéaste séduit grâce à ses références. Il n'a pas le talent d'un Carpenter, mais, lorsque son prêtre s'enfuit pour retrouver une jeune fille enlevée par les créatures, le décor d'Invasion Los Angeles semble laisser place à celui de Vampires. On retient aussi le duel sur le toit d'un train, filmé à la Sergio Leone, où le prêtre affronte un vampire sosie de Clint Eastwood. — Nicolas Didier

Sur Action dès 17h36 : Priest

De 19h02 à 20h50 Le royaume

Rediffusion Film : thriller 1h48 -12

Jamie Foxx et le FBI traquent des terroristes en Arabie saoudite : ça défouraille dans tous les coins, et la fiction vaguement d'actualité devient une série B (de plus) très précisément belliciste. Dommage. - Critique : Film de Peter Berg (The Kingdom, USA/Allemagne, 2007). 110 mn. Inédit. VM. Avec Jamie Foxx, Ashraf Barhom, Jennifer Garner, Chris Cooper Genre : Tempête du désert (bis, ter, ad nauseam). Dans Le Royaume, on apprécie que les auteurs dépêchent le FBI (et non l'armée) pour débusquer jusqu'en Arabie saoudite des terroristes ayant tué des résidents américains. Hélas ! le résultat est aussi nauséeux que d'habitude : un bon Arabe est un Arabe mort, semble penser Jamie Foxx, mitraillette en main. Laquelle vise plus droit que le chef op, en proie à des soubresauts épileptiques. Le film a ses fans, qui lui prêtent, hors considérations idéologiques (ben voyons...), une certaine puissance formelle. Nous, on pense plutôt que dans Rambo, au moins, il n'y avait qu'une seule raison d'avoir mal au coeur...

Sur Action dès 19h02 : Le royaume

De 20h50 à 22h20 Dead Drop

Téléfilm d'action 1h30 -10

Au Nord du Mexique, un ancien agent de la CIA infiltre un réseau de trafiquants de drogue. Après avoir été éjecté de force d'un avion et avoir survécu à cette exécution programmée, il s'engage dans une croisade d'une rare violence, dans le seul but de retrouver celui qui a voulu l'assassiner...

Sur Action dès 20h50 : Dead Drop

De 22h20 à 00h10 Gangster Squad

Rediffusion Film policier 1h50 -12

A Los Angeles, en 1950, la folie sanglante et la soif de pouvoir du gangster Mickey Cohen oblige la police à créer un gang de flics aux méthodes de justiciers voyous. La violence se coule dans des atmosphères rétro dignes du cinéma de studio de l'époque, séducteurs et vamp compris. Joli, plaisant, mais un peu naïf aussi. - Critique : | Genre : Rétro les flingues. Après la tuerie dans le multiplexe d'Aurora (Colorado) où se projetait le dernier Batman, en juillet 2012, la bande-annonce de ce Gangster Squad fut vite retirée des salles : on y voyait une tuerie dans un ­cinéma du Chinatown de Los Angeles, en 1950. Cette scène a été supprimée, remplacée par l'explosion d'un camion piégé... Mais on sent toujours, dans ce film de gangsters qui lorgne sur Les Incorruptibles (1987), une envie de rendre la violence plus frappante, pour construire un personnage d'ennemi public vraiment dangereux, effrayant. Il s'appelle Mickey Cohen, il a acheté la police et les juges, tué ceux qu'il ne pouvait corrompre. Los Angeles lui appartient, et il veut faire de l'Amérique son empire... Le mal absolu. Pour le combattre, des flics obtiennent un permis de tuer, comme des gangsters. Pas sûr que tout ça reflète l'histoire du véritable Mickey Cohen, joué ici par Sean Penn, avec une volonté de profondeur et d'authenticité inutile. Car le réalisateur, lui, joue plutôt sur les effets de séduction immédiate et sur le glamour du cinéma de studio, assorti aux décors rétro. La brutalité de la guerre contre ­le crime se coule ainsi dans des atmosphères soignées et un casting de séducteurs au milieu desquels papillonne une vamp. C'est plaisant, mais finalement presque naïf. Ce que le discours final sur les bienfaits de la loi ne cache plus du tout. — Frédéric Strauss

Sur Action dès 22h20 : Gangster Squad